Délégation & Autonomie des enfants

Desinvisibiliser le travail domestique

Non, je ne fais pas cet article pour montrer que je connais des mots de plus de 3 syllabes. Enfin pas que. C’est surtout pour parler d’un sujet qui me tient à cœur.  

Être organisée c’est la base d’un quotidien facile à gérer (hasta siempre la organization). Mais gérer le quotidien de la famille toute seule, même comme une pro, ce n’est pas gérable sur le long terme. La clé, c’est le partage des tâches, de la charge mentale et l’autonomisation des enfants, quel que soit leur âge.  Bien. Alors on commence par où ?

Le premier conseil que l’on reçoit c’est de montrer l’exemple, cela parait évident. Mais alors pourquoi doit-on répéter les choses 3 fois avant que le salon soit rangé alors que les garçons nous voient le faire tous les soirs ? A part le fait que ce soit peut-être de grosses feignasses ? Et bien parce qu’en fait, ils ne nous voient pas ! Quand on range, on a comme une cape d’invisibilité sur nous. Et impossible de donner l’exemple correctement si notre travail est invisible.  

Mes réflexions sur le sujet ces dernières années m’ont amené à différencier deux types de travail domestique invisible (attention, vocabulaire techniques en approche) : le travail totalement invisible, et le travail quasi-invisible (je vous avais prévenu). 

Le travail totalement invisible 

Ce sont les machines que l’on met en route pendant les siestes, les lave-vaisselles que l’on vide pendant les douches, les courses que l’on fait en drive sur le temps de midi, le linge que l’on plie quand ils sont couchés, les courses que l’on fait quand ils sont au sport, le coup d’éponge sur le lavabo avant de sortir de la salle de bain. On pourrait en citer des dizaines. Toutes ces choses qu’on fait “pour avancer”, pour gagner du temps (oui mais du temps pour quoi, pour en faire plus ?), ou parce que cela parait plus simple de le faire sans les enfants dans les jambes. Si personne ne nous voit faire ces tâches-là, comment réussir à se faire aider, ou mieux encore, à s’en décharger ? Et comment leur montrer l’exemple ?

Le travail quasi invisible 

C’est le travail qui est perçu comme faisant partie du décor. Ce n’est même pas perçu comme une tâche domestique, c’est juste normal, c’est ce que fait maman tous les jours, c’est son truc.  Je parle des repas que l’on prépare quand les enfants font les devoirs, du ménage que l’on fait vite fait quand ils jouent dans leur chambre, du rangement de la table du petit dèj quand ils se préparent pour l’école, du coup d’aspi rapide quand ils sont sur les écrans. Ils sont présents, dès fois même dans la même pièce que nous, mais ils ne voient pas VRAIMENT ce que nous faisons, trop occupés à vivre leur vie et à nous laisser vivre la notre.  

Désinvisibiliser le travail 

Pour vraiment montrer l’exemple, il faut donc rendre notre travail visible. Et pour cela, il y a plusieurs choses à essayer : 

  • Annoncer ce qu’il y a à faire et non ce que l’on va faire : si on annonce “je vais faire à manger”, on implique que c’est notre responsabilité à nous. Alors que si l’on annonce “il faut préparer le repas” (ou alors “bon, il ne va pas se préparer tout seul ce repas” pour les petites rigolotes), on énonce que c’est une tâche qui doit être accomplie, sans nous désigner par défaut comme la personne responsable de la préparation.  
  • Expliquer pourquoi on doit le faire : “il faut préparer le repas maintenant sinon vous allez vous entretuer je sais comment vous êtes quand vous avez faim ça ne sera pas prêt à temps pour aller se coucher à l’heure”. Cela aide les enfants à comprendre la notion d’impératifs. Non numéro 3, je ne fais pas ça juste pour le fun. 
  • Exprimer si on préférerait faire autre chose : “Il faut préparer le repas, j’avoue que je préfèrerais lire un bouquin/prendre un bain /jouer à un jeu avec vous, mais si on ne le fait pas maintenant, on aura tous faim dans une heure”. Et oui, maman est un être comme les autres, avec des envies, des flemmes. Pas une machine de guerre à votre service ! Donc l’excuse “j’ai pas envie de le faire”, si elle ne fonctionne pas pour maman, elle ne fonctionne pas pour toi non plus Numéro 1 (je leur dis avec plus de diplomatie quand même). 
  • Exprimer si cela nous coûte de faire quelque chose : “Je déteste sortir les poubelles quand il pleut !”, “je suis crevée mais il faut quand même faire les courses car le frigo est vide”, “c’est dégoutant de nettoyer les toilettes, mais il faut les nettoyer”. Et oui, maman elle aussi trouve certaines tâches désagréables, et pourtant, elle les fait quand même ! (Oui, maman est un être supérieur mais ce n’est pas le sujet). Personne n’aime sortir le compost, pas plus moi que toi Numéro 2, donc allez zou, c’est ton tour.  
  • Raconter nos journées : si on fait du travail totalement invisible (voir dessus), et bien il faut en parler le soir. Histoire qu’ils soient au courant des choses qu’il y a à faire dans une maison, qu’ils savent que les choses ne se font pas magiquement et automatiquement.

Alors non, le changement ne se fera pas du jour au lendemain et cela en soit ne suffit pas pour que les enfants deviennent des pros des tâches domestiques. Mais c’est une des stratégies de l’arsenal, et elle est plutôt efficace quand on la pratique quasi systématiquement.  Le but n’est pas de faire culpabiliser les enfants mais de les faire se décentrer d’eux-mêmes.  Commencer par ne plus travailler dans l’ombre est un bon point de départ pour une prise de conscience des demandes du quotidien. Ensuite (ou mieux, en parallèle), c’est plus facile de travailler sur l’autonomie. 

Et vous, vous en faites beaucoup du travail invisible ?


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

2 réflexions au sujet de “Desinvisibiliser le travail domestique”

  1. Méthode qui aide à partager les tâches mais pas la charge mentale que tout ça implique…

    1. Tout à fait. En soit, cela ne suffit pas pour la charge mentale, ce dontje parle est une étape vers cette voie là. Avant de se décharger mentalement, il faut que les personnes sur qui l’on souhaite se décharger sâchent d’abord les effectuer correctement, savoir de quoi il en retourne. Ensuite on pourra se décharger de la responsabilité de la tâche. Un pas après l’autre 😉

Laisser un commentaire