Les objets qui entrent par effraction

En ce début d’année vous avez peut-être décidé de faire du tri, surtout depuis l’arrivée de tous ces cadeaux il y a quelques jours à peine. Et en commençant ce tri, vous êtes surement tombé sur des objets, des jouets, des accessoires dont vous n’avez pas le moindre souvenir d’avoir acheté. Ne vous inquiétez pas, vous ne perdez pas la tête, c’est tout à fait normal, vous venez de croiser le chemin d’un objet entré par effraction. Et ils sont beaucoup plus nombreux qu’on le croit. Alors d’où viennent ces objets et comment faire pour les empêcher d’encombrer nos intérieurs ? 

D’où viennent-t ‘ils ? 

  • Les cadeaux des enfants : Je ne parle pas des cadeaux de Noel ou d’anniversaire, ceux-là sont plus ou moins sous notre contrôle. Je vous parle des cadeaux donnés aux invités lors des gouters d’anniversaire auxquels votre enfant est invité (on en parle d’ailleurs de ces cadeaux souvent bruyants et un peu pourris ?), des objets gagnés en foire ou offert par un parent lors d’un séjour chez eux. Ces petites choses qui trainent dans les sacs ou les poches car donnés rapidement, de manière spontanée ou inattendue, et souvent de pauvre qualité.  
  • Les échantillons : Que ce soit en parfumerie, dans les magazines ou même les supermarchés, on reçoit souvent des échantillons gratuits. Et quand on fait le tri dans la salle de bain, on constate l’ampleur des dégâts. Soyons honnête, on utilise que rarement ces échantillons (attention, c’est pas beau de mentir !). La raison est simple : nous ne les avons pas choisis, ils nous ont été imposé et correspondent rarement à nos besoins. Et donc ils restent inutilisés.  
  • Les collections des enfants : Les dessins, les collections de feuilles, de cailloux, de bâtons, de bidules en tout genre, quand on a un enfant il est dur d’y échapper (croyez moi, sinon je partagerai le secret avec vous tout en suite). Comme cela vient de nos enfants on a tendance à les garder mais au fil des années les choses s’accumulent. 
  • Les prospectus : Ils ne rentrent peut-être plus par votre boite aux lettres mais directement dans vos sacs. Donnés dans la rue, mis dans votre sac de course, récupérés du club de sport ou de l’école, les prospectus sont des petites choses insidieuses.  
  • Les cadeaux magasins : Le tote offert avec le maillot de bain, les cartes à collectionner du supermarché, le deuxième lot offert, les exemples sont multiples. Le point commun de tous ces objets ? Ils ne sont pas choisis même s’ils font plaisir à recevoir et donc ils ne sont pas ou peu utilisé, et finissent par rejoindre la pile de bazar. 
  • Les objets accessoires : Le plat a terrine vendue avec la terrine, le pot de fleur vendu avec la fleur, les étuis, les chargeurs en plus, les vis en trop du meuble Ikea et sa fameuse clé allène. En achetant un objet, il y a souvent des accessoires vendus avec, ou en trop. Ces derniers ne sont pas toujours utiles, et ils finissent par trainer chez nous.  Qui n’a pas de vis en trop de leur dernier meuble en kit me jette le premier catalogue Ikéa !

Les solutions 

Bon, on connait l’ennemi maintenant. Donc comment faire pour ne plus accumuler ces objets entrés par effraction ? C’est assez simple au final.  

  • La règle d’or, s’il y en a une à suivre et une seulement, c’est que pour chaque objet qui rentre à la maison (un nouveau vêtement, un jouet, un torchon), il doit y en avoir 3 qui sortent. Pas forcément 3 identiques. On peut faire sortir un vieux magasine, un caillou et un stylo qui ne fonctionne plus si on ramène une nouvelle paire de chaussures. Faites-moi confiance, vous trouverez toujours.  
  • Si l’information sur un prospectus vous intéresse, vous pouvez juste en prendre une photo. La plupart ont des QR codes pour stocker l’information si besoin. Le prospectus n’a pas de valeur, l’information elle, oui.  
  • Pour tout ce qui est échantillon ou cadeaux magasin, on dit tout simplement non. Ce n’est pas à une enseigne de nous imposer ce qui rentre chez nous. C’est nous qui devront nous en occuper. 
  • Pour tous les autres objets comme les créations des enfants, les invitations ou autres faire-part, on peut décider d’une date de péremption dès qu’ils entrent chez nous. Au-delà de cette date, on s’en débarrasse sans regrets.  

Le podcast

Retrouvez l’épisode lié à cet article et tous les autres sur mon podcast « Faminimaliste ». Un nouvel épisode toutes les semaines.

Besoin d’aide ?

À distance ou en personne, je peux vous aider à faire le tri chez vous pour retrouver un quotidien gérable et qui inclus toute la famille.

Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :