Délégation & Autonomie des enfants, Organisation du quotidien

Desinvibiliser le travail domestique

Nos sociétés ont un peu évoluées ces dernières années en ce qui concerne le partage de la charge mentale. Déja, on sait toutes ce que c’est. Beaucoup de mamans  se sont reconnues dans la célèbre BD d’Emma de 2017  “fallait demander”. Si tu n’as pas lu cette BD, je te laisse 10 minutes pour le faire, mais tu reviens tout de suite après okay ? Et si cette prise de conscience a permis d’entamer une discussion au sein du couple et de la famille, pour beaucoup la discussion s’est soldée par l’une de ces deux choses :

  • Une prise de conscience mais sans changements durables
  • Un déni de la situation  et donc aucun changement

Je pourrais parler du premier point pendant longtemps, et j’ai même créé des outils et tout un programme pour accompagner les familles dans une meilleure gestion de leur temps et la mise en place d’un vrai partage des tâches et des responsabilités. Je parle longuement de ce sujet dans cet article.

Ici c’est du deuxième cas de figure dont je voudrais parler. Je n’ai pas (encore) de baguette magique, mais une réflexion personnelle à partager qui pourrait peut-être aider. Nous les mamans sommes souvent amenées à rationaliser notre temps, à faire plusieurs choses à la fois pour faire tourner la maison et la famille.

Le travail invisible

De fait, dans notre envie de faire avancer les choses d’une case tous les jours, nous effectuons de nombreuses taches de manière totalement invisible. Voici quelques exemples:

  • Lancer une machine quand les enfants sont sous la douche ou que notre conjoint.e s’en occupe
  • Faire à manger quand toute la famille fait autre chose
  • Commander les courses en ligne sur la pause de midi
  • Faire les courses sur le chemin de la maison
  • Étendre la lessive avant de se coucher quand tout le monde est au lit
  • Prendre les rendez-vous médicaux quand personne n’est dans les parages
  • Faire le ménage pendant la sieste, ou quand notre conjoint.e n’est pas là

La liste est longue. Pensez à tout ce que vous faites en mode furtif soit pour optimiser votre temps, soit par dépit du manque d’investissement de la famille, soit par obligation car vous en avez tellement à faire que vos options sont limitées.

Le coût du travail invisible

Cette organisation peut malheureusement avoir un coût. Certaines tâches deviennent invisibles et la famille pense que le panier à linge est magique et absorbe les vêtements sales puis les recache propres et pliés dans l’armoire (si vous avez un panier comme ça, faite moi signe par contre). Et si personne ne voit ce que l’on fait, la prise de conscience est plus compliquée. Attention, je ne trouve pas d’excuses aux personnes qui se dédouanent de leurs responsabilités et préfèrent ne pas voir et ce n’est sûrement pas la faute des mamans si elles sont obligées d’adopter ce mode furtif.

Pour qu’une situation change, il faut commencer par la rendre visible avant de trouver des solutions pour y remédier. Laissez moi vous donner un exemple parlant : Si je suis invisible aux yeux de Bradley Cooper, il ne peut pas se rendre compte que je suis la femme qu’il lui faut; alors que si il me voyait j’aurais déjà plus de chances de changer sa situation amoureuse. Vous voyez le truc ?

Désinvisibiliser le travail

Désinvisibiliser notre travail consiste simplement à mettre en valeur ce travail invisible. Cela peut-être aussi simple que de parler en plus de détails de sa journée lors du repas familial (ce midi j’ai pris rendez-vous chez le docteur/j’ai fait les courses pour toute la famille). Cela peut-être dire à ses enfants “pendant que vous vous mettez en pyjama, moi je vais étendre une lessive pour que vous ayez des choses propres à vous mettre demain”.

Cette étape de mise en valeur facilitera une prise de conscience, étape indispensable avant de pouvoir rééquilibrer la situation. Cela révèle aussi aux enfants toutes les choses qu’ils vont devoir assimiler au fil des années pour devenir des personnes capables et indépendantes.

Donc si tu te reconnais dans ce portrait de femme en mode furtif, je t’invite à te montrer et à mettre en avant ta contribution pour le bon fonctionnement de la famille. C’est un bon début, et il faut commencer quelque part. Parce que si l’on ne change rien, rien ne changera.  


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Délégation & Autonomie des enfants, Organisation familiale

Faire les valises ensemble et sereinement

Ceci n’est pas un énième article sur quoi mettre dans sa valise, mais sur comment faire pour ne pas avoir envie de tout envoyer balader dès le stade de la préparation des sacs. Parce que oui, partir en vacances c’est bien, mais oui aussi, faire les valises c’est nul. Surtout quand il faut s’occuper des affaires de tout le monde. Et si cette année, on faisait les choses un peu différemment ?

Phase 1: On planifie en avance

Avant de faire les valises,on fait souvent sa liste. Je vous recommande de plutôt faire DES listes, par catégorie (puis par personne si besoin) :

  • Les vêtements (une liste par personne)
  • Les jeux et jouets
  • Les livres 
  • Les équipements sports et loisirs (sacs à dos, gourdes, planches, paddle, raquettes,etc)
  • Les équipements électroniques (chargeurs, écouteurs, babyphone, prises, adaptateurs, tablettes,etc)
  • Les articles d’hygiène et de santé (crème solaire, dentifrice, médicaments,etc)
  • L’administratif (passeports, cartes d’assurance santé,etc)
  • Le linge

Mon conseil partage des tâches : en fonction de l’âge ou la capacité de vos enfants, ils peuvent s’occuper de remplir les listes avec LEURS affaires (ils font la liste de leurs vêtements, seuls ou avec aide) ou bien s’occuper d’une liste entière pour toute la famille (comme les jeux, les livres ou les équipements électroniques).

Phase 2 : l’empaquetage

Le plus simple pour emballer, déballer une fois sur place et ré-emballer au retour: 

  • Un sac par personne pour les vêtements
  • Un sac pour les catégories autres que les vêtements, quels que soient les utilisateur.trice.s (un sac pour les jeux, un pour l’électronique, etc).

Si vous faites une étape rapide quelque part pour juste un soir, un sac commun à tou.te.s avec seulement les affaires nécessaires pour la nuit et le lendemain matin sera beaucoup plus pratique que de sortir un sac par personne. 

Mon conseil partage des tâches : les enfants peuvent aider à chercher les éléments de la liste et les amener près du sac, empaqueter avec vous ou bien seul à partir d’une liste. Ne vous fiez pas à leurs petites mains potelées, dès 2 ans ils peuvent faire avec vous (oui, ça ira beaucoup moins vite, mais dites-vous que c’est un investissement sur l’avenir!).

Je vous quitte sur ces belles paroles : souvenez-vous, ce n’est pas à vous de tout faire. Les enfants peuvent participer (bon, sauf s’ ils sont vraiment bébés). Nos enfants sont capables de beaucoup plus que l’on croit, et si nous voulons qu’ils participent activement à la vie de la société et qu’ils prennent leurs responsabilités, on commence par participer à la vie de famille et s’occuper de soi et de ses affaires. Ils ne nous remercieront peut-être pas car ils sont ingrats, c’est bien connu, mais on aura fait le job !


Je souhaite recevoir la liste type pour ne rien oublier


Pour aller plus loin


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Organisation familiale, Organiser son travail

Se simplifier la paperasse

Il y a quelques mois j’ai écrit un article sur la gestion de l’administratif à la maison. Vous le trouverez ici et pourrez y lire ma méthode pour mieux la gérer. Cet article est évidemment brillant et très drôle mais dans mon empressement à vous donner des astuces, j’ai omis de parler de deux étapes cruciales : celle qui vient AVANT la méthode de tri et de classification, et celle qui vient APRÈS.  

Avant la reprise en main

Il est important de se regarder dans le blanc des yeux (je sais, ce n’est pas facile), et de se demander comment on est arrivé à se laisser dépasser. Cette étape fondamentale permettra de mettre en place le système qui correspond à VOTRE situation. La vérité est peut-être ailleurs (voir même “au bout du couloir” pour les fans de “y’a que la vérité qui compte”, ne vous cachez pas, je vous est reconnu). Je vous donne des raisons en vrac aux freins les plus courants :

  • Vous manquez de temps : Le temps ça ne se trouve pas, ça se crée. Une nouvelle organisation vous aidera énormement.
  • La paperasse vous angoisse : Et c’est compréhensible. Une nouvelle organisation aidera à ne pas accumuler de retard et donc de stress.  Peut-être pourriez-vous déléguer la partie la plus anxiogène à un.e professionel.le (fiduciaire, comptable, assistant administratif,etc), ou votre conjoint.e. 
  • Vous n’avez pas envie : la meilleure solution reste la délégation à un.e professionnel.le de tout ce que vous pouvez. Si vous déléguez à votre conjoint, attention à ce que cela ne crée pas une charge trop lourde, et que la personne veuille bien s’en occuper. Si vous ne pouvez pas déléguer, une bonne organisation aura au moins le mérite de réduire le temps que vous y passez.
  • Vous n’avez pas les compétences : formez-vous, ou faites vous accompagner par un proche ou un.e professionel.le.
  • Vous n’avez pas de place pour tout gérer et stocker : triez votre espace. On pense souvent avoir peu d’espace alors qu’en réalité, on a juste trop d’objets autour de nous. 

Après la reprise en main

Que vous ayez opté pour une meilleure organisation, ou pour vous faire aider par une personne extérieure, si vous ne vivez pas seul.e, mettez-vous d’accord sur le système à adopter et sur qui fait quoi et quand. Un processus simplifié et bien organisé permet de se simplifier la vie, mais le partage permet de l’alléger durablement. Le partage, c’est la clé.

Pour toutes les astuces pratiques sur l’organisation administrative, c’est ici ! 


Dessin d'un trait d'un dossier contenant des papiers

Envie de mieux gérer votre paperasse, repartir sur de bonnes bases ? J’arrive.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Organisation familiale, Tri & désencombrement

Se simplifier les ventes en ligne

Ça y est, vous avez fait du tri, vous avez désencombré votre maison, une pièce, ou même juste un meuble, seul.e ou accompagné.e d’ un.e professionnel.le. Alors déjà, bravo. Il ne reste plus qu’à vendre les objets que vous ne voulez pas donner.  Et là, c’est le drame. Je le sais par expérience, cette tache peut s’avérer intimidante. Elle demande surtout du temps, de l’attention et de l’énergie. Voici donc les conseils que j’aurai aimé recevoir pour se simplifier la vie lors de ce processus de vente.   

Avant de commencer, vous verrez qu’à la fin de l’article vous pourrez me laisser votre adresse mail et je vous envoie mon kit de survie des ventes en ligne qui contient une annonce type, des modèles de messages de confirmation ainsi qu’un tableau de suivi des ventes. J’ai pensé à vous ! 

Groupez vos taches 

Que ce soit pour prendre les photos de vos objets, rédiger les annonces, les mettre en ligne, répondre aux messages, ou envoyer les articles par la poste, regroupez vos taches, ne faites pas les choses article par article. Vous gagnerez un temps précieux.  Le groupement de tâches est l’outil de base pour être plus efficace. 

Notez tout et en un seul endroit 

Trouvez un endroit où noter la progression de vos ventes. Que ce soit un outil en ligne simple comme celui que j’ai créé , un calepin, ou une note sur votre téléphone, écrivez tout au risque de de vous y perdre, et d’alourdir votre charge mentale. Cela vous évitera aussi de perdre du temps à chercher dans vos messages et dans vos multiples annonces pour vous souvenir de ce qui est en vente, sur quelle plateforme, à quel prix, de ce qui a été vendu et doit être récupéré ou posté, quel moyen de paiement, etc. 

Soignez ses annonces 

Vous n’avez pas envie de passer votre temps à répondre aux questions d’acheteurs potentiels (à moins que ce soit un truc que vous adorez faire, je ne juge pas!). Donc pensez à tout inclure : dimensions, état, moyen de paiement, mode de livraison, si les choses se vendent séparément, etc.  

Multipliez les photos 

Non seulement il est mieux d’inclure le plus de photos possibles de votre article dans l’annonce, mais pensez à inclure également des photos des étiquettes qui donnent beaucoup d’informations. Et surtout, ajoutez les dimensions DIRECTEMENT sur les photos (en retouchant l’image ou en les écrivant sur un papier visible à côté de l’article si vous ne savez pas retoucher les photos), car même si vous les mettez en description, certaines personnes beaucoup ne lisent pas correctement les annonces (pas nous bien entendu)

Faites le lien entre vos annonces 

Si vous vendez plusieurs articles, indiquez-le dans vos annonces. Surtout si vous vendez des articles à récupérer directement chez vous, les gens préfèrent se déplacer pour plusieurs objets, ou ne recevoir qu’un seul colis et cela accélèrera vos ventes.  

Préparez votre communication 

Une fois la vente effectuée, je vous conseille de préparer des messages types à destination de vos acheteurs. Les emails type sont un gain de temps incroyable car vous êtes sûre de ne rien oublier et vous évitez les échanges multiples d’emails entre vous et vos acheteurs.  

Vendez vite, vendez au bon prix.  

Si l’on parle de désencombrement, une bonne vente est une vente rapide. Plus vous mettrez de temps à vous défaire de vos objets, plus vous vivez avec et acceptez à nouveau d’avoir du bazar chez vous.  

Déléguez 

Si vous n’avez pas le temps, le courage, ou tout simplement l’envie de mettre des objets en vente, faites appel à vos proches pour déléguer une partie (la prise de photo, la mise en ligne des annonces par exemple) ou même l’entièreté du processus. Si votre fille ou votre petit-fils est plus à l’aise que vous dans ce domaine, cela peut même être l’occasion de se faire de l’argent poche, en se faisant reverser un pourcentage des ventes par exemple. Ils.elles seront en plus ravi.e.s de vous venir en aide.  

Et voilà! Bonnes ventes ! Laissez-moi votre mail si vous voulez recevoir mes modèles 😉 


Je souhaite recevoir le pack gratuit de vente en ligne avec annonces et e-mails types et tableau de suivi.

Vous vous sentez capable de désencombrer seul.e mais ne savez pas par où commencer ni quelle méthode suivre ? Faites un tour par mon offre « c’est grave docteur ». Je réalise un diagnostic et un plan d’action rien que pour vous.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Organisation familiale

La fiche de poste des parents

Oui, une de mes grandes passion dans la vie (après trouver les erreurs dans les tableaux Excel et montrer à mes enfants que j’ai toujours raison), c’est faire des listes. Mais cette liste là, je pense que c’est une des meilleurs listes à faire, et ce pour trois raisons:

  • Elle agit comme un guide des compétences que nos enfants devront maîtriser une fois qu’ils voleront de leurs propres ailes (oui les enfants, on vous aime mais nous n’avons aucun doute que l’adolescence nous donnera bof envie de vous garder avec nous jusqu’à vos 25 ans). Tant qu’à faire, je préfère élever des petits être indépendants qui ne seront pas de gros boulétos pour la société ni, s’ ils en ont, leurs futurs colocataires ou conjoint.e.s.
  • On se rend compte de TOUT ce que l’on fait, et du coup on peut peut-être se rendre compte qu’il faudrait être un petit peu plus indulgent avec nous-même quand on a l’impression de ne pas bien faire les choses. C’est normal en même temps, on ne peut pas tout bien faire en même temps tout le temps (on ne peut pas être au four et au moulin comme diraient les amoureux des expressions pourries).
  • Elle permet de mettre les choses à plat et de faire un état des lieux en couple, ou encore mieux en famille, des tâches et responsabilités de chacun, afin de rééquilibrer les choses. (Je refuse que ma dynamique familiale ressemble à celle d’un travail de groupe à la fac où il n’y a qu’une seule personne qui fait tout mais où tout le monde profite de la bonne note, non mais).

Identifier les postes de responsabilité

Pour ne rien oublier, on essaie de voir la famille comme une petite entreprise familiale, et on fait la liste des “services” au sein de sa boite. Cela nous donne la liste des postes de responsabilité suivante:

  • Poste alimentation/repas
  • Poste textile
  • Poste ménage
  • Poste gestion administrative
  • Poste finances
  • Poste santé
  • Poste travaux et réparations
  • Poste éducation
  • Poste scolarité et activité extra scolaires
  • Poste vacances
  • Poste véhicule
  • Poste jardinage
  • Poste conciergerie
  • Poste relations publiques
  • Poste animaux

Charge opérationnelle Vs Charge mentale

Pour chaque poste, on fait la liste des responsabilités, c’est-à-dire des choses à planifier ou organiser (c’est ce qui contribue à la charge mentale), et la liste des choses à exécuter (c’est la charge opérationnelle).

Exemple: Poste alimentation

Choses à planifier

  • Planification des menus, en fonction du budget, des goûts, de l’équilibre nutritionnel,…
  • Responsable du timing (« quand est-ce qu’on maaaange ?)
  • Répartition des tâches au sein de la famille (courses, rangement des courses, cuisine, dressage, débarrassage, nettoyage,…)

Choses à exécuter

  • Faire la liste de courses (en vérifiant le stock)
  • Faire les courses
  • Ranger les courses
  • Préparation des repas (découpes,cuissons)
  • Mettre la table
  • Débarrasser la table
  • Gérer la vaisselle de préparation
  • Remettre la cuisine en état

On voit donc très vite que la préparation des repas demande beaucoup plus de travail que la simple découpe et cuisson des aliments.

On défini la durée et la fréquence des tâches

Certaines tâches (comme la gestion des repas) s’effectuent tous les jours, et prennent du temps. D’autres comme l’entretien de la voiture ne s’effectuent que ponctuellement et ne prennent pas énormément de temps. Si l’on souhaite établir cette fiche de poste pour mettre à plat les responsabilités de chacun, il faut donc inclure la fréquence et le temps passé pour une répartition vraiment équitable.

Faites cela pour chaque poste, et vous aurez votre fiche de poste complète. Alors oui, elle fait plusieurs pages, et cela prend du temps, mais vraiment, pour toutes les raisons citées au début de l’article, cela vaut le coup de s’y pencher en famille, c’est vraiment un outil top à utiliser.

Et si vous avez peur d’oublier et des choses ou bien vous n’avez pas le temps de la faire, je peux vous envoyer celle que j’utilise avec mes clients! Il suffit juste de m’envoyer votre adresse mail et je vous l’envoie !


Je souhaite recevoir le modèle de fiche de poste par email


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

Délégation & Autonomie des enfants, Organisation familiale

Préparer les vacances en famille

“Yes, bientôt les vacances ! Ah non, bientôt les vacances”. Ces deux réactions sont à peu près simultanées dans la tête de tout parent qui ressort la crème solaire pour la première fois de l’année. Il faut bien occuper les gugusses pendant les 6 semaines de congés! Là commence le casse-tête du qui-va-où-quand-et-comment. Et pour ceux qui ont le privilège de partir en vacances, il y a la logistique du voyage à anticiper. Dans cet article, je partage avec vous quelques pistes et astuces pour que la préparation des vacances ne rime pas avec crise de nerf (oui, je sais que cela ne rime pas de toute façon mais vous voyez ce que je veux dire).

Etape 1 – Constituer la cellule de crise

Avant de commencer à remplir le calendrier, il peut être judicieux de s’asseoir avec son.sa conjoint.e et poser les grandes lignes : Camps de vacances ou vacances chez les grands-parents ? Vacances dans le coin ou plus loin ? On rentre au dernier moment ou 1 ou 2 jours avant la reprise ? 

Une fois les grandes lignes posées (calendrier à la main), on fait la liste de tout ce qu’il y a à faire, et on se répartit les tâches.

Exemple chez nous : chacun gère l’organisation avec sa propre famille si les enfants passent du temps chez les grands-parents ou les cousin.e.s. Il fait la loc de voiture, je prends les billets de train, etc.

Etape 2 – Les bons outils

Qui dit partage de tâches dit coordination. Pour cela nous utilisons 2 outils :

  • Un calendrier géant fait maison qui trône sur un mur de la cuisine pour organiser les dates et les déplacements, avec une ligne pour les enfants, une pour moi et une pour mon mari.
  • Un carnet où on écrit tout ce qui se rapporte aux vacances, dans l’ordre du déroulement : les références de réservations, les horaires, les coordonnées ,etc. Tout le monde y a accès et on ne perd plus notre temps à vérifier dans 2 boites mails et 3 google drive tous les éléments dont on a besoin, avant, et surtout pendant le voyage. Cela nous a évité pas mal de prises de tête ! (Je vous rassure, on trouve d’autres choses pour se prendre la tête, ça reste tout de même des vacances en famille non ?).

Avantage pour les enfants anxieux qui ont besoin de poser les mêmes questions 2000 fois pour anticiper et se rassurer: le grand calendrier permet de se projeter et de diminuer le nombre de questions posées. (Je tiens à remercier l’autisme de mon petit dernier sans lequel je n’aurais jamais développé autant d’outils ou de techniques pour nous organiser !).

Etape 3 – Les valises

Surtout si on part pour des vacances type “vadrouille” où l’on change de lieu tous les quelques jours, la gestion des valises est souvent pesante de peur d’oublier des choses à la maison ou sur place, (et repose souvent sur maman, on ne va pas se mentir). Donc comme au dessus, on peut faire ça en famille. Voici quelques idées qui fonctionnent chez nous :

  • On fait le point en famille et on note tout ce qu’on doit prendre avec nous, par catégorie (on peut commencer quand ils sont très jeunes)
  • Chacun à la responsabilité de sa valise de A à Z : préparation, dépôt dans le coffre, remballage quand on part d’un endroit. Quand ils étaient plus jeunes, on la faisait ensemble, puis ils l’ont fait tous seuls et on vérifiaient ensemble, ensuite ils la faisaient seuls et on leur demandait de vérifier en leur lisant la liste à haute voix, maintenant on leur dit combien de jours on part, s’ ils doivent emmener des trucs spéciaux, et c’est tout. S’ ils oublient un truc, à eux de trouver une solution. Avant qu’ils sachent lire, on leur dessinait la liste. On peut aussi prendre une photo de toutes les affaires à scotcher dans le couvercle de la valise, plus facile pour le remballage chez tata et tonton.
  • Chaque enfant a la responsabilité d’une catégorie d’objets pour toute la famille : pour nos dernières vacances itinérantes, Numéro un s’occupait de tout l’électronique. Numéro deux des livres emportés, et Numéro 3 des jeux. Liste à l’appui, cela leur apprend les responsabilités et diminue le temps de remballage tous les 3 jours. Si on ne s’occupe ni de ça ni de leurs valises, ça va plus vite (on fait quand même un dernier tour pour vérifier, on n’est pas fous).

La préparation des vacances peut prendre du temps et il y a souvent mille choses à faire. Si toute la famille profite des vacances, il n’y a pas de raison qu’il n’y ait qu’une ou deux personnes qui les organise. Même les tout petits peuvent prendre leur (toute petite) part. On leur apprend les responsabilités, l’autonomie, et on se régale à l’avance, en les préparants, des bons moments à venir. 


Pour allet plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

Organisation familiale

Nos amis les invités

Ça y est, le baptême du feu est passé pendant ces vacances; nous sommes passés de 5 à 10 dans l’appartement pendant une semaine. 4 adultes, 6 enfants entre 9 à 14 ans (mmmm, les hormones), 1 salle de bain, 3 chambres.  Et au final, aucun enfant mis en vente (on y a quand même pensé une ou deux fois), aucune crise de nerfs et aucune affaire perdue. Miracle ? Peut-être. Mais surtout une préparation toute simple en amont (et en famille), et une gestion de la logistique aux petits oignons par les adultes. 

Si vous vous apprêtez à recevoir du monde ces prochains jours, voici les quelques astuces qui ont rendu notre quotidien à 10 beaucoup plus facile qu’on ne pourrait le penser.  

La préparation 

Préparer l’espace

Nous avons peu de meubles, donc de la place au sol et à l’intérieur des placards. Cela facilite grandement les choses ! Pour que personne ne passe son temps à chercher/ranger ses affaires, nous avons joué un peu aux chaises musicales et dédié à nos invités les espaces suivants :  

  • 2 étagères dans le meuble à chaussures  
  • Des patères du porte-manteaux  
  • Une étagère dans le meuble de la salle de bain pour toutes leurs affaires de toilette 

Au lieu de répartir tout le monde dans 2 chambres, nous avons opté pour l’option dortoir dans l’une (avec aucune place pour autre chose que les matelas), et deuxième chambre inchangée pour les adultes, donc avec toute la place au sol pour loger la dizaine de sacs. Comme ça, pas d’éparpillement ni de mélange d’affaires entre les familles (oui, nous avons tous les même chaussettes Décathlon).  Il a suffi de bouger les 2 petits meubles de la chambre de Numéro 3 dans la salle à manger.  

Préparer le matériel

Qui dit minimalisme, dit que nous ne croulons pas sous les doublons.  Malgré cela, il ne nous manquait peu de choses, et les solutions étaient toutes trouvées : une chaise (prêtée par nos supers voisins), 2 draps (amenés par nos invités), et une assiette à soupe (facilement substituée par un bol, mais quel génie !). Pour les couvertures en plus, nos 5 sacs de couchage ont fait l’affaire pour les enfants. Pourquoi stocker toute l’année des objets qui ne serviront que quelques jours par an quand on peut faire autrement ? 

L’organisation 

Absolument rien d’extraordinaire. Le but est de faire participer les enfants le plus possible. Chaque jour on désigne 2/3 enfants pour vider le lave-vaisselle / mettre la table / préparer les sacs de rando (c’est le bazar s’ils s’y mettent tous, il vaut mieux désigner des victimes volontaires). Tous les soirs avant de se coucher, on regroupe les affaires qui trainent, le linge sale, etc. Si on attend le dernier jour, on passe son temps à chercher les choses.  

La seule chose sur laquelle il a fallu mettre la pression à 10 avec une seule salle de bain, c’est la toilette du matin et les douches du soir. Cela aide de donner aux enfants un ordre de passage, mais surtout de tambouriner sur la porte à intervalles réguliers (tel Sheldon qui veut rentrer chez Penny #toimêmetusais). Sinon, clairement, on ne décolle pas avant 10h30 heure le matin.  

Et enfin pour les repas, on a fait les menus pour 2/3 jours à l’avance pour se simplifier la vie (merci l’application Jow pour les idées et surtout pour les listes de courses auto-générées). D’habitude on fait les courses une semaine à l’avance, mais le frigo n’est pas extensible. Nous avions aussi fait toutes les découpes à l’avance pour les 3 premiers repas histoire d’avoir plus de temps pour l’apéro ! (chacun ses motivations).

La remise en état 

Comme nos invités avaient des endroits attitrés pour leurs affaires et que nous regroupions tout tous les soirs (et que ma belle-sœur est une machine de guerre), tout a été emballé et chargé en un temps record. Pendant ce temps-là, on a tout replié, remis les meubles qui avaient bougé, retiré tous les draps, etc. La maison était redevenue comme avant dès qu’ils sont partis.  

Morale de l’histoire

Le désencombrement, c’est LA BASE d’un quotidien plus simple. Nous n’avons jamais autant apprécié avoir un appartement désencombré. Nous pouvons moduler l’espace et faire de la place pour tout le monde, le système de rangement est simple (tout le monde peut donc trouver les choses facilement sans demander et aider à garder les choses en ordre), l’entretien se fait super facilement au fur et à mesure, et nous avons donc eu du temps pour profiter les uns des autres, et ne pas passer notre temps à faire la cuisine ou chercher les affaires.  

Et vous, vous avez des trucs pour vous simplifier la vie quand vous recevez du monde ? 


Autres articles qui pourraient vous intéresser

Notre ami le minimalisme
Notre ami le tri simplifié
Notre ami le rangement
Notre ami le désencombrement
Notre ami les reunions de famille


Tous les articles par catégorie


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Organisation du quotidien, Organisation familiale

Notre ami le gain de temps

“Il n’y a jamais assez d’heures dans la journée », « les journées ne sont pas extensibles”, “on court toujours après le temps”, tant d’expressions que nous entendons régulièrement et que nous pouvons même parfois prononcer. Et le problème quand on a la tête dans le seau, c’est qu’il est difficile de trouver des solutions par soi-même pour retrouver ce temps « perdu ».

Comme je suis une personne gentille (il y a eu un vote, je vous jure que c’est vrai), j’ai voulu partager avec vous quelques petites choses que l’on peut faire rapidement pour gagner du temps dès cette semaine (ou la semaine prochaine, no pressure).  

Grouper les tâches 

La base. Pourquoi faire les choses 10 fois quand on peut les faire une seule ? Voilà les tâches que nous groupons chez nous pour gagner du temps : 

  • La planification des menus : on se prend la tête une fois par semaine au lieu de réfléchir tous les jours à ce que l’on peut faire à manger.
  • Les courses : toujours le même jour dans la semaine, pas d’aller-retours journaliers à la superette du coin (sauf quand stratégiquement j’ai besoin de m’éloigner des enfants!).
  • Les découpes : Certain.e.s font du batch cooking, on a essayé pendant un moment, mais ça n’a pas pris. Oui on gagne du temps la semaine, mais cela prenait trop de temps sur notre week-end. Donc on fait du batch couping (I am bilingue you know)! Beaucoup plus rapide, et GROS gain de temps la semaine. On fait juste les découpes des légumes à l’avance et on met dans des boites. Bonus, on a moins besoin de sortir pour aller au compost vu que toutes les épluchures sont évacuées d’un coup.  
  • Le ménage : une fois par semaine, le dimanche. Je parle du gros ménage sols/poussières, pas de mettre un coup rapide sur les éviers, plan de travail ou toilettes (on a un minimum quand même!).
  • La paperasse/l’administratif : une fois par semaine, comme ça on ne prend pas de retard et ça prend moins de 10 minutes 

Diminuer la fréquence de certaines tâches  

  • Le bain des enfants : 3 bains à donner, ça prend du temps, quand justement on en a moins, et qu’on est fatigué.e d’une journée de travail. Alors au bout d’un moment, on a réduit. 3 fois par semaines (ou quand ils étaient sales bien entendu) c’était bien assez, et ils n’étaient pas crassous pour autant.  A partir du moment où ils ont pris leur douche seul de toute façon, le problème était réglé.
  • Les lessives : Tant qu’il n’y a pas de tâches et que ça ne sent pas, on garde les vêtements plusieurs jours. On ne met pas un t-shirt ou un short une seule journée. Quand on a trois enfants, ça diminue grandement les lessives ! 
  • L’aspirateur : avant on passait l’aspi dans la maison 2 fois par semaines. Maintenant c’est une fois. Et bien ça suffit amplement au final.

Eliminer certaines tâches  

Il y a des choses que l’on faisait, mais que l’on ne fait plus du tout, parce que ce n’est pas une priorité pour nous : 

  • Le repassage : je ne repasse RIEN. Au pire des cas, un petit coup de sèche-cheveux suffit. Alors oui, fini les hauts en lin, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle ! 
  • Le tri du linge : tous les vêtements sont mélangés et lavés à 30 degrés (du coup on fait attention à ce qu’on achète). Les serviettes et draps sont lavés ensembles à 60. Fini le sombre/clair/délicat/lavage main/pressing. 
  • Il doit y avoir d’autres choses, mais comme je ne les fais plus…j’ai oublié ! 

Et comme d’habitude, LA BASE pour gagner instantanement du temps au quotidien : le désencombrement ! Nous avons pris un virage minimaliste et ne vivons qu’avec le tiers de ce que nous avions avant le dit virage. Vous n’avez pas idée du temps que cela libère ! 

Et vous, il y a des choses qui vous prennent du temps et que vous voudriez arrêter de faire ?


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Délégation & Autonomie des enfants, Organisation du quotidien, Organisation familiale

Notre amie la sérénité

Avant d’avoir des enfants, j’étais en mouvement perpétuel. Heureusement mon mari est le Yin the mon Yang (ou le Bataille de mon Fontaine si vous préférez), et m’a forcé à ralentir. Je lui dis merci car malgré un travail à temps plein, un mari souvent absent, trois jeunes enfants d’âges rapprochés et peu de soutien logistique dû à notre éloignement géographique, j’ai eu la chance de ne jamais souffrir d’épuisement parental. Je me suis demandée comment j’avais réussi à passer à travers alors que j’étais la candidate idéale. Je crois que c’est un mélange de plusieurs choses. Voici le fruit de mes réflexions.  

Nos routines journalières

Certains moments de nos journées sont pré-organisés, codés à l’avance pour ne pas avoir à réinventer la roue à chaque fois. Les routines ont évolué selon l’âge des enfants et leur plus grande autonomie, mais nous avons toujours eu : 

Une routine du soir : cela inclus la préparation pour le coucher des enfants (chaque étape dans le même ordre et à la même heure pour que cela devienne une habitude), et la préparation du lendemain (rangement des pièces communes, préparation des habits, des lunchs, des sacs, machine et lave-vaisselle en route, etc), Résultat : les couchers se sont toujours bien passés, la matinée suivante est déjà simplifiée, et nous avons du temps pour nous.  

Une routine du matin : comme pour le matin, l’heure de chaque étape de la préparation ne varie pas d’un jour à l’autre. On effectue les mêmes choses, dans le même ordre, tous les jours. Résultat : une préparation plus sereine, pas de yoyo mental à se demander ce qu’il nous reste à faire, et un début de journée plus positif pour tous.  

Nos habitudes hebdomadaires  

La routine des courses et des repas : Depuis que nous avons des enfants nous faisons les menus et les courses à la semaine. Un gain de temps incroyable, et des décisions regroupées sur une journée et non étalées sur sept.  

La routine dimanche soir : chacun se fait à manger. Quel bonheur de souffler un peu avant le début de la semaine ! 

Des agendas allégés  

Les activités : nous avons fait le choix délibéré de ne pas surcharger nos enfants. Officiellement pour les préserver, leur apprendre à se poser et à développer leur imagination et leur créativité. Officieusement, pour nous épargner du travail supplémentaire. Une seule activité extra-scolaire chacun, choisie uniquement en fonction des jours et des horaires des cours, et de leur proximité géographique. Je ne pense pas que l’on prive le monde du futur talent de la musique.

Les invitations : si les enfants sont invités à plus de deux évènements dans la semaine ou le week-end, on leur demande de choisir les plus importantes, sinon ils cumulent de la fatigue et ça part en vrille à la maison.  

Dire non : Je suis déjà partie les mains dans les poches pour une réunion à la crèche ou à l’école, et revenue trésorière ou responsable de la brocante d’un établissement de 600 élèves (maligne la fille). Maintenant je réfléchi avant de dire oui, et je m’assure qu’en disant oui à quelqu’un, je ne me créé pas de la fatigue ou des soucis inutiles.  

Limiter les stimulations  

La musique : jusq’aux 9 ans de mon ainé, il n’y avait même pas de musique à la maison. Il y avait déjà assez de bruit avec les trois. Les choses ont évolué et nous mettons maintenant de la musique avec plaisir, mais à des moments choisis, et non par reflexe ou peur du silence (et puis je chante tellement bien qu’on dirait Adèle en personne). Nous sommes très à l’aise avec le silence (oui, dès fois j’arrive à arrêter de parler). 

Les écrans : 1h30 par semaine répartie sur 3 jours, c’est ce à quoi ils ont droit. Pour la télévision, si on l’allume, c’est pour regarder quelque chose de spécifique (généralement du sport), ou pour passer un moment choisi en famille devant un film ou une série. On ne l’allume pas par reflexe, juste pour voir ce qu’il y a (il n’y a jamais rien de toute façon non ?) et jamais parce que l’on s’ennuie. 

Notre intérieur : nous avons peu d’objets autour de nous, donc pas de sur-stimulation visuelle. Chaque objet est choisi et apprécié. Un intérieur calme et facile à entretenir, pour nous c’est la base d’un quotidien apaisé.

Ne pas se mettre la pression 

On ne sera jamais les parents parfaits. De toute façon, en étant leur mère, s’ils finissent chez le psy on leur dira que c’est de ma faute quoi que je fasse, non ? Bon. Alors voilà une liste non exhaustive des choses pour lesquelles on a décidé de ne pas s’en faire :  

  • Les repas : on ne les force pas, ils doivent juste essayer. 
  • Les habits : on privilégie l’entretien et le confort plutôt que le look, je ne me bagarre pas pour qu’ils mettent un pantalon s’ils ne veulent pas. 
  • L’état des chambres : on demande juste à ce que le linge ne traine pas (comme eux aussi sont minimalistes, elles sont peu dérangées au final) 
  • Les gouters d’anniversaire : on en fait de temps en temps, pas tous les ans, avec peu d’enfants, et juste pour qu’ils jouent à la maison, on ne passe pas des heures à préparer des activités.  
  • Cadeaux de Noel et d’anniversaire : on limite le nombre pour tout le monde. Ils en profitent mieux, et on évite la course de fin d’année à acheter trop de choses.  

Le travail en équipe 

Cela a toujours été clair avec mon mari, nous sommes tous les deux responsables de notre quotidien et de notre habitation. Je ne suis pas là pour faire les choses, et lui pour “aider” (en quoi avoir des ovaires ferait que j’ai plus de capacité ou de plaisir à m’occuper de mon intérieur ou des courses ? )

Pareil pour les enfants. Nous ne sommes pas à leur service, nous sommes là pour les accompagner vers l’autonomie. Alors oui, plus ils sont petits plus on en fait pour eux, mais on a voulu très tôt les sensibiliser au fait que nous vivons ensemble, donc que nous partageons les responsabilités, chacun à notre niveau.  Quand on fait tout à 5, et ben ça va 5 fois plus vite pour tout : le ménage, le tri du linge, les courses, faire les valises pour les vacances, etc. 

Conclusion : Tout ça peut paraitre assez rigide, mais grâce à toute ces petites choses et à notre organisation du quotidien, nous nous dégageons beaucoup de temps pour nos loisirs, ou pour simplement ne rien faire. Je peux faire du sport tous les jours, nous allons à la bibliothèque, jouons énormément avec les enfants, passons du temps à nous balader, à lire, bref, à profiter les uns des autres et à ce que notre environnement a à nous proposer, sans courir partout.  


Vous n’êtes qu’à un clic d’un quotidien simplifié.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Organisation du quotidien, Tri & désencombrement

Notre ami le shopping

Désencombrer son espace de vie pour s’alléger le quotidien, c’est bien. Mais si on ne veut pas que ces efforts soient en vain, il faut éviter d’accumuler à nouveau. Après notre grand désencombrement (voir article ici), nous avons vraiment regardé nos habitudes d’achat. Alors comme d’habitude, je n’ai pas réinventé la roue, je me suis plongée dans les lectures et l’écoute de podcasts, et j’ai suivi les règles qui résonnaient le plus en moi (j’essaie de parler comme une vraie blogueuse inspirante en utilisant des mots inspirants comme “résonance”).  

J’en ai conclu que, face à un achat éventuel, on ne se posait pas les bonnes questions. On se demandait juste si on en avait besoin. Cela parait comme LA question sensée, mais elle est limitée, car nous sommes très fort.e.s pour nous persuader d’avoir besoin de quelque chose, alors qu’en fait, on en avait juste envie et qu’on aurait pu faire sans (non, je ne parle pas de mon ex, ne soyez pas mauvaise langue s’il-vous-plait!). Bref. Voici maintenant les questions que l’on se pose avant d’effectuer un achat.  

Y’a-t-il une alternative à cet achat ? 

Des alternatives, il y en a souvent.  

  • Les abonnements à la ludothèque et à la bibliothèque font que nous n’achetons plus ni jeux de sociétés, ni livres. Il y a des abonnements pour tout maintenant, même l’équipement de puériculture.  
  • Le prêt – les choses dont nous n’avons besoin qu’une ou deux fois par an, nous demandons à nos amis ou voisins. Cela nous permet d’apprendre à les connaitre et renvoyons avec joie l’ascenseur. 
  • La réparation bien évidemment. Mais pour ça je me fixe des règles, je dois réparer ou faire réparer dans la semaine, sinon, je cherche une autre alternative (si je ne prends pas le temps en 7 jours, je ne le prendrai jamais)
  • La substitution – Je n’ai plus de pantalon de pyjama mais j’ai un pantalon de yoga qui commence à faire la tête. Au lieu de racheter les deux, j’utilise le pantalon de yoga en pyjama, et pour les 3 fois où je fais du yoga par an, (et vu mon niveau) je mets un legging. Ça vaut pour tout. Quand on commence à réfléchir, on trouve plein de substituts à tout. 

Est-ce que j’en ai envie ou besoin ? 

Non seulement cette question réduit le nombre d’achats, mais elle valorise aussi l’achat plaisir qui devient plus réfléchi, intentionnel et assumé. En fait je divise mes achats en 3 catégories:  

  • Les envies non-essentielles – sauf ENORME coup de cœur, je n’achète pas. Le bonheur que j’ai à avoir une maison et une garde-robe facile à vivre prend toujours le dessus par rapport à la joie éphémère de posséder un objet. 
  • Les essentiels dont je n’ai pas envie – dans ce cas j’essaie en priorité de trouver une alternative à l’achat. Le cas échéant, j’essaie au moins de trouver un modèle qui remplit des critères de praticité, de facilité d’usage et d’entretien.  
  • Les essentiels qui me font envie : Si l’achat est la seule alternative, que cela me fait plaisir et qu’en plus j’en ai besoin, je fonce.  

Quel est le coût réel de cet objet ?  

C’est une question qui m’a fait tilt quand elle a été abordée dans un des épisodes du podcast de “The Minimalists”. Le coût d’un objet est très différent de son prix annoncé en magasin. Avant d’acheter, nous prenons maintenant toujours en compte :  

  • Le prix de fonctionnement : électricité pour ce qui se charge, les piles pour le reste, gaz pour une Sodastream, etc. 
  • Le prix des accessoires : les protections pour un nouveau vélo, les jeux ou manettes en plus pour une console, des pots pour les nouvelles plantes, etc.  
  • Le prix d’entretien : le nettoyant spécial pour ces chaussures, le pressing pour cette robe, la microfibre pour ce fauteuil, la révision du vélo ou de la voiture, etc. 
  • Le prix du stockage : un abri ou ratelier pour les vélos, une nouvelle étagère pour les livres, etc. 
  • Le temps passé à s’occuper de l’objet en question 

Combien d’heures de liberté cela va me coûter ? 

Je ne compte plus le prix des choses en francs/euros, mais en heure de liberté (mais quelle hippie je suis). Mettons que je vois une paire de bottes à 200 euros, que je sois prête à me séparer de cet argent, et que je gagne 20 euros de l’heure comme salariée. Est-ce que je préfère travailler 10 heures pour me les payer, ou bien me prendre 10 heures de congés supplémentaires (sans solde). Parce que ça revient au même au final. Dans les deux cas, j’ai 200 euros en moins. Dans le premier j’ai une paire de bottes en plus, et dans l’autre j’ai un jour et demi de vacances en plus (sans les enfants bien entendu)

Le temps, c’est de l’argent. Moi je préfère dire que l’argent, c’est du temps (roooooh, c’est super profond ce que je dis, je devrais peut-être me reconvertir en philosophe professionnelle !)

Bonus – Nos bonnes habitudes 

En plus de nous poser de meilleures questions nous avons quelques autres habitudes qui nous permettent de maitriser le flux de ce qui rentre à la maison.

  • Non aux échantillons gratuits/ cartes à collectionner de supermarchés. Non seulement ce sont des choses que, jusqu’à ce que l’on me les mette dans les mains, je n’avais aucune intention de posséder. Je vais en plus devoir les stockers, les ranger, et les voir trainer. C’est non. (En plus c’est rigolo de voir la réaction en caisse quand on refuse un truc gratuit, vous verrez une vraie palette d’émotions.)  
  • Quand un objet rentre, trois doivent sortir Pour les vêtements on a suivi ce ratio pendant un moment, mais maintenant on fait un pour un car nous avons des gardes-robes très minimalistes.  
  • Toujours de seconde main– Car on ne trouve pas tout, tout de suite en seconde main. Il faut faire des recherches. Donc si on a la flemme de patienter ou de faire des recherches pour un article en particulier, c’est qu’on pourrait s’en passer. Ça marche très bien avec les enfants. Au bout de 3 ou 4 visites de magasins ou de quelques jours passés en ligne à chercher un truc en particulier, ils passent très souvent à autre chose. On s’évite donc un achat qui aurait été inutile.  

Donc voilà. D’habitude j’ai des conclusions à la fois pertinentes et drôles (bien entendu), mais là je sèche. Je ne vais peut-être pas devenir philosophe professionnelle tout de suite en fin de compte. 


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail