Délégation & Autonomie des enfants, Organisation familiale

Faire les valises ensemble et sereinement

Ceci n’est pas un énième article sur quoi mettre dans sa valise, mais sur comment faire pour ne pas avoir envie de tout envoyer balader dès le stade de la préparation des sacs. Parce que oui, partir en vacances c’est bien, mais oui aussi, faire les valises c’est nul. Surtout quand il faut s’occuper des affaires de tout le monde. Et si cette année, on faisait les choses un peu différemment ?

Phase 1: On planifie en avance

Avant de faire les valises,on fait souvent sa liste. Je vous recommande de plutôt faire DES listes, par catégorie (puis par personne si besoin) :

  • Les vêtements (une liste par personne)
  • Les jeux et jouets
  • Les livres 
  • Les équipements sports et loisirs (sacs à dos, gourdes, planches, paddle, raquettes,etc)
  • Les équipements électroniques (chargeurs, écouteurs, babyphone, prises, adaptateurs, tablettes,etc)
  • Les articles d’hygiène et de santé (crème solaire, dentifrice, médicaments,etc)
  • L’administratif (passeports, cartes d’assurance santé,etc)
  • Le linge

Mon conseil partage des tâches : en fonction de l’âge ou la capacité de vos enfants, ils peuvent s’occuper de remplir les listes avec LEURS affaires (ils font la liste de leurs vêtements, seuls ou avec aide) ou bien s’occuper d’une liste entière pour toute la famille (comme les jeux, les livres ou les équipements électroniques).

Phase 2 : l’empaquetage

Le plus simple pour emballer, déballer une fois sur place et ré-emballer au retour: 

  • Un sac par personne pour les vêtements
  • Un sac pour les catégories autres que les vêtements, quels que soient les utilisateur.trice.s (un sac pour les jeux, un pour l’électronique, etc).

Si vous faites une étape rapide quelque part pour juste un soir, un sac commun à tou.te.s avec seulement les affaires nécessaires pour la nuit et le lendemain matin sera beaucoup plus pratique que de sortir un sac par personne. 

Mon conseil partage des tâches : les enfants peuvent aider à chercher les éléments de la liste et les amener près du sac, empaqueter avec vous ou bien seul à partir d’une liste. Ne vous fiez pas à leurs petites mains potelées, dès 2 ans ils peuvent faire avec vous (oui, ça ira beaucoup moins vite, mais dites-vous que c’est un investissement sur l’avenir!).

Je vous quitte sur ces belles paroles : souvenez-vous, ce n’est pas à vous de tout faire. Les enfants peuvent participer (bon, sauf s’ ils sont vraiment bébés). Nos enfants sont capables de beaucoup plus que l’on croit, et si nous voulons qu’ils participent activement à la vie de la société et qu’ils prennent leurs responsabilités, on commence par participer à la vie de famille et s’occuper de soi et de ses affaires. Ils ne nous remercieront peut-être pas car ils sont ingrats, c’est bien connu, mais on aura fait le job !


Je souhaite recevoir la liste type pour ne rien oublier


Pour aller plus loin


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Organisation familiale

La fiche de poste des parents

Oui, une de mes grandes passion dans la vie (après trouver les erreurs dans les tableaux Excel et montrer à mes enfants que j’ai toujours raison), c’est faire des listes. Mais cette liste là, je pense que c’est une des meilleurs listes à faire, et ce pour trois raisons:

  • Elle agit comme un guide des compétences que nos enfants devront maîtriser une fois qu’ils voleront de leurs propres ailes (oui les enfants, on vous aime mais nous n’avons aucun doute que l’adolescence nous donnera bof envie de vous garder avec nous jusqu’à vos 25 ans). Tant qu’à faire, je préfère élever des petits être indépendants qui ne seront pas de gros boulétos pour la société ni, s’ ils en ont, leurs futurs colocataires ou conjoint.e.s.
  • On se rend compte de TOUT ce que l’on fait, et du coup on peut peut-être se rendre compte qu’il faudrait être un petit peu plus indulgent avec nous-même quand on a l’impression de ne pas bien faire les choses. C’est normal en même temps, on ne peut pas tout bien faire en même temps tout le temps (on ne peut pas être au four et au moulin comme diraient les amoureux des expressions pourries).
  • Elle permet de mettre les choses à plat et de faire un état des lieux en couple, ou encore mieux en famille, des tâches et responsabilités de chacun, afin de rééquilibrer les choses. (Je refuse que ma dynamique familiale ressemble à celle d’un travail de groupe à la fac où il n’y a qu’une seule personne qui fait tout mais où tout le monde profite de la bonne note, non mais).

Identifier les postes de responsabilité

Pour ne rien oublier, on essaie de voir la famille comme une petite entreprise familiale, et on fait la liste des “services” au sein de sa boite. Cela nous donne la liste des postes de responsabilité suivante:

  • Poste alimentation/repas
  • Poste textile
  • Poste ménage
  • Poste gestion administrative
  • Poste finances
  • Poste santé
  • Poste travaux et réparations
  • Poste éducation
  • Poste scolarité et activité extra scolaires
  • Poste vacances
  • Poste véhicule
  • Poste jardinage
  • Poste conciergerie
  • Poste relations publiques
  • Poste animaux

Charge opérationnelle Vs Charge mentale

Pour chaque poste, on fait la liste des responsabilités, c’est-à-dire des choses à planifier ou organiser (c’est ce qui contribue à la charge mentale), et la liste des choses à exécuter (c’est la charge opérationnelle).

Exemple: Poste alimentation

Choses à planifier

  • Planification des menus, en fonction du budget, des goûts, de l’équilibre nutritionnel,…
  • Responsable du timing (« quand est-ce qu’on maaaange ?)
  • Répartition des tâches au sein de la famille (courses, rangement des courses, cuisine, dressage, débarrassage, nettoyage,…)

Choses à exécuter

  • Faire la liste de courses (en vérifiant le stock)
  • Faire les courses
  • Ranger les courses
  • Préparation des repas (découpes,cuissons)
  • Mettre la table
  • Débarrasser la table
  • Gérer la vaisselle de préparation
  • Remettre la cuisine en état

On voit donc très vite que la préparation des repas demande beaucoup plus de travail que la simple découpe et cuisson des aliments.

On défini la durée et la fréquence des tâches

Certaines tâches (comme la gestion des repas) s’effectuent tous les jours, et prennent du temps. D’autres comme l’entretien de la voiture ne s’effectuent que ponctuellement et ne prennent pas énormément de temps. Si l’on souhaite établir cette fiche de poste pour mettre à plat les responsabilités de chacun, il faut donc inclure la fréquence et le temps passé pour une répartition vraiment équitable.

Faites cela pour chaque poste, et vous aurez votre fiche de poste complète. Alors oui, elle fait plusieurs pages, et cela prend du temps, mais vraiment, pour toutes les raisons citées au début de l’article, cela vaut le coup de s’y pencher en famille, c’est vraiment un outil top à utiliser.

Et si vous avez peur d’oublier et des choses ou bien vous n’avez pas le temps de la faire, je peux vous envoyer celle que j’utilise avec mes clients! Il suffit juste de m’envoyer votre adresse mail et je vous l’envoie !


Je souhaite recevoir le modèle de fiche de poste par email


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

Délégation & Autonomie des enfants, Organisation familiale

Préparer les vacances en famille

“Yes, bientôt les vacances ! Ah non, bientôt les vacances”. Ces deux réactions sont à peu près simultanées dans la tête de tout parent qui ressort la crème solaire pour la première fois de l’année. Il faut bien occuper les gugusses pendant les 6 semaines de congés! Là commence le casse-tête du qui-va-où-quand-et-comment. Et pour ceux qui ont le privilège de partir en vacances, il y a la logistique du voyage à anticiper. Dans cet article, je partage avec vous quelques pistes et astuces pour que la préparation des vacances ne rime pas avec crise de nerf (oui, je sais que cela ne rime pas de toute façon mais vous voyez ce que je veux dire).

Etape 1 – Constituer la cellule de crise

Avant de commencer à remplir le calendrier, il peut être judicieux de s’asseoir avec son.sa conjoint.e et poser les grandes lignes : Camps de vacances ou vacances chez les grands-parents ? Vacances dans le coin ou plus loin ? On rentre au dernier moment ou 1 ou 2 jours avant la reprise ? 

Une fois les grandes lignes posées (calendrier à la main), on fait la liste de tout ce qu’il y a à faire, et on se répartit les tâches.

Exemple chez nous : chacun gère l’organisation avec sa propre famille si les enfants passent du temps chez les grands-parents ou les cousin.e.s. Il fait la loc de voiture, je prends les billets de train, etc.

Etape 2 – Les bons outils

Qui dit partage de tâches dit coordination. Pour cela nous utilisons 2 outils :

  • Un calendrier géant fait maison qui trône sur un mur de la cuisine pour organiser les dates et les déplacements, avec une ligne pour les enfants, une pour moi et une pour mon mari.
  • Un carnet où on écrit tout ce qui se rapporte aux vacances, dans l’ordre du déroulement : les références de réservations, les horaires, les coordonnées ,etc. Tout le monde y a accès et on ne perd plus notre temps à vérifier dans 2 boites mails et 3 google drive tous les éléments dont on a besoin, avant, et surtout pendant le voyage. Cela nous a évité pas mal de prises de tête ! (Je vous rassure, on trouve d’autres choses pour se prendre la tête, ça reste tout de même des vacances en famille non ?).

Avantage pour les enfants anxieux qui ont besoin de poser les mêmes questions 2000 fois pour anticiper et se rassurer: le grand calendrier permet de se projeter et de diminuer le nombre de questions posées. (Je tiens à remercier l’autisme de mon petit dernier sans lequel je n’aurais jamais développé autant d’outils ou de techniques pour nous organiser !).

Etape 3 – Les valises

Surtout si on part pour des vacances type “vadrouille” où l’on change de lieu tous les quelques jours, la gestion des valises est souvent pesante de peur d’oublier des choses à la maison ou sur place, (et repose souvent sur maman, on ne va pas se mentir). Donc comme au dessus, on peut faire ça en famille. Voici quelques idées qui fonctionnent chez nous :

  • On fait le point en famille et on note tout ce qu’on doit prendre avec nous, par catégorie (on peut commencer quand ils sont très jeunes)
  • Chacun à la responsabilité de sa valise de A à Z : préparation, dépôt dans le coffre, remballage quand on part d’un endroit. Quand ils étaient plus jeunes, on la faisait ensemble, puis ils l’ont fait tous seuls et on vérifiaient ensemble, ensuite ils la faisaient seuls et on leur demandait de vérifier en leur lisant la liste à haute voix, maintenant on leur dit combien de jours on part, s’ ils doivent emmener des trucs spéciaux, et c’est tout. S’ ils oublient un truc, à eux de trouver une solution. Avant qu’ils sachent lire, on leur dessinait la liste. On peut aussi prendre une photo de toutes les affaires à scotcher dans le couvercle de la valise, plus facile pour le remballage chez tata et tonton.
  • Chaque enfant a la responsabilité d’une catégorie d’objets pour toute la famille : pour nos dernières vacances itinérantes, Numéro un s’occupait de tout l’électronique. Numéro deux des livres emportés, et Numéro 3 des jeux. Liste à l’appui, cela leur apprend les responsabilités et diminue le temps de remballage tous les 3 jours. Si on ne s’occupe ni de ça ni de leurs valises, ça va plus vite (on fait quand même un dernier tour pour vérifier, on n’est pas fous).

La préparation des vacances peut prendre du temps et il y a souvent mille choses à faire. Si toute la famille profite des vacances, il n’y a pas de raison qu’il n’y ait qu’une ou deux personnes qui les organise. Même les tout petits peuvent prendre leur (toute petite) part. On leur apprend les responsabilités, l’autonomie, et on se régale à l’avance, en les préparants, des bons moments à venir. 


Pour allet plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

Tri & désencombrement

Désencombrer sa cave ou son grenier

La cave, le garage, le grenier, l’abris, appelez-le comme vous voulez, la plupart d’entre nous en ont un. Imaginez maintenant que vous deviez déménager dans 1 mois. Alors, elles arrivent les plaques rien qu’à l’idée de faire le tri et d’emballer tous ce qu’il y a dans cette pièce de stockage ? Je vous comprends, j’ai dû faire face à cette monstruosité 3 fois en 7 ans. Et la première fois, qui a été la pire en termes de volume et de timing, a été comment dire…on va dire que mon mari doit m’aimer très fort pour ne pas m’avoir quitté à ce moment-là. Pas facile nous dirons !

Avec le recul, l’expérience (et aussi ma formation professionnelle), j’ai enfin compris pourquoi ce premier tri a été si horrible. Déjà, et surtout, à cause du volume. Une maison avec un sous-sol de 100m2, il y a de quoi en mettre des choses. Et croyez-moi, c’était plein comme un œuf (c’était bien avant notre virage minimaliste, peut-être aussi une des raisons de ce virage). Ensuite à cause du contenu de ce sous-sol : du surplus, du “au cas où”, des souvenirs, des choses qui “ont de la valeurs” (mouhahah, spoiler alert, non). Le tri s’est fait dans l’urgence (avec un déménagement à l’international qui pointait le bout de son nez dans les 2 mois après le feu vert), et surtout dans la douleur. Voilà les leçons que j’ai apprises et que j’aurais aimé connaitre avant de nous lancer dans ce premier tri.

Leçon numéro un – Le “au cas où” n’arrive jamais

Et non. Je n’ai jamais regretté quoi que ce soit que nous ayons jeté, donné ou vendu. Nous ne nous sommes jamais retrouvés dans une situation où nous nous sommes retrouvés bloqué ou ruiné à cause du manque d’un objet que l’on n’aurait plus. 100m2 de “au cas où”, c’est ça qui m’a couté en stockage (il a fallu en acheter des étagères), en efforts (pour tout caser, chercher les choses, puis s’en débarrasser ou les emballer le moment venu) et larmes (littéralement, des larmes).

Morale de l’histoire : fini les au cas où. Si je peux me faire prêter un objet “au cas où”, le louer ou bien le remplacer en moins de 20 minutes pour moins de 20 francs (ou euros), je ne garde pas. Nous vivons comme si nous devions déménager demain. Plus d’accumulation, une cave quasi vide avec juste le matériel de ski, les valises et les pneus d’hivers ou d’été. C’est tout ! Mais quel soulagement, je le souhaite à tout le monde (même à mon pire ennemi, je suis gentille).

Leçon numéro deux – il n’y a pas de trésors cachés

Que ce soit chez moi ou bien chez les gens chez qui j’ai désencombré, il n’y a pas de trésors cachés. On peut trier sans craintes.

Leçon numéro trois – valeurs à nos yeux ne veux pas dire valeur marchande

Nous nous sommes épuisés à vouloir vendre des choses qui n’en valait pas la peine, et j’ai passé trop de temps à vouloir “vendre bien” des choses qui certes, coûtent chères neuves, mais dont la valeur sera toujours celle que les acheteurs veulent bien lui donner. Une table, c’est moins de 100 (francs, euros, dollars NZ, ça marche pour les 3). Oui, même en meurisier. Donner c’est mieux que vendre, vendre vite c’est mieux que vendre mieux (en termes de non-arrachage de cheveux et de temps passé dessus).

Leçon numéro quatre- les souvenirs sont en nous, pas dans les objets

Je me suis torturée en ne sachant pas quoi donner ou jeter. Et pourtant, ces choses-là étaient dans des cartons, dans ma cave.  Si je ne les regarde pas, autant leur donner une seconde vie. Les souvenirs vivent en nous, pas dans les objets. Si l’objet part, je n’oublie pas pour autant la personne. Et si j’ai besoin d’un objet pour me souvenir de quelqu’un ou de quelque chose, est-ce vraiment important ? Ma tête n’a pas besoin d’être pas l’intégrale de la carrière des Beatles, juste le best of (je ne suis pas fan des Beatles mais c’est pour illustrer).

Leçon numéro cinq – Moins on en a, plus on est libre

Depuis que nous n’avons plus de surplus, on se sent tellement plus légers. La gestion du quotidien est assez compliquée comme ça par moment, pas besoin en plus de gérer les stocks. Notre cave actuelle contient les skis, les pneus hors saison et les valises. C’est tout.

Faire le tri ce n’est pas se débarrasser de tout, c’est choisir de ne garder le meilleur. Vive les best-of.


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Délégation & Autonomie des enfants

Desinvisibiliser le travail domestique

Non, je ne fais pas cet article pour montrer que je connais des mots de plus de 3 syllabes. Enfin pas que. C’est surtout pour parler d’un sujet qui me tient à cœur.  

Être organisée c’est la base d’un quotidien facile à gérer (hasta siempre la organization). Mais gérer le quotidien de la famille toute seule, même comme une pro, ce n’est pas gérable sur le long terme. La clé, c’est le partage des tâches, de la charge mentale et l’autonomisation des enfants, quel que soit leur âge.  Bien. Alors on commence par où ?

Le premier conseil que l’on reçoit c’est de montrer l’exemple, cela parait évident. Mais alors pourquoi doit-on répéter les choses 3 fois avant que le salon soit rangé alors que les garçons nous voient le faire tous les soirs ? A part le fait que ce soit peut-être de grosses feignasses ? Et bien parce qu’en fait, ils ne nous voient pas ! Quand on range, on a comme une cape d’invisibilité sur nous. Et impossible de donner l’exemple correctement si notre travail est invisible.  

Mes réflexions sur le sujet ces dernières années m’ont amené à différencier deux types de travail domestique invisible (attention, vocabulaire techniques en approche) : le travail totalement invisible, et le travail quasi-invisible (je vous avais prévenu). 

Le travail totalement invisible 

Ce sont les machines que l’on met en route pendant les siestes, les lave-vaisselles que l’on vide pendant les douches, les courses que l’on fait en drive sur le temps de midi, le linge que l’on plie quand ils sont couchés, les courses que l’on fait quand ils sont au sport, le coup d’éponge sur le lavabo avant de sortir de la salle de bain. On pourrait en citer des dizaines. Toutes ces choses qu’on fait “pour avancer”, pour gagner du temps (oui mais du temps pour quoi, pour en faire plus ?), ou parce que cela parait plus simple de le faire sans les enfants dans les jambes. Si personne ne nous voit faire ces tâches-là, comment réussir à se faire aider, ou mieux encore, à s’en décharger ? Et comment leur montrer l’exemple ?

Le travail quasi invisible 

C’est le travail qui est perçu comme faisant partie du décor. Ce n’est même pas perçu comme une tâche domestique, c’est juste normal, c’est ce que fait maman tous les jours, c’est son truc.  Je parle des repas que l’on prépare quand les enfants font les devoirs, du ménage que l’on fait vite fait quand ils jouent dans leur chambre, du rangement de la table du petit dèj quand ils se préparent pour l’école, du coup d’aspi rapide quand ils sont sur les écrans. Ils sont présents, dès fois même dans la même pièce que nous, mais ils ne voient pas VRAIMENT ce que nous faisons, trop occupés à vivre leur vie et à nous laisser vivre la notre.  

Désinvisibiliser le travail 

Pour vraiment montrer l’exemple, il faut donc rendre notre travail visible. Et pour cela, il y a plusieurs choses à essayer : 

  • Annoncer ce qu’il y a à faire et non ce que l’on va faire : si on annonce “je vais faire à manger”, on implique que c’est notre responsabilité à nous. Alors que si l’on annonce “il faut préparer le repas” (ou alors “bon, il ne va pas se préparer tout seul ce repas” pour les petites rigolotes), on énonce que c’est une tâche qui doit être accomplie, sans nous désigner par défaut comme la personne responsable de la préparation.  
  • Expliquer pourquoi on doit le faire : “il faut préparer le repas maintenant sinon vous allez vous entretuer je sais comment vous êtes quand vous avez faim ça ne sera pas prêt à temps pour aller se coucher à l’heure”. Cela aide les enfants à comprendre la notion d’impératifs. Non numéro 3, je ne fais pas ça juste pour le fun. 
  • Exprimer si on préférerait faire autre chose : “Il faut préparer le repas, j’avoue que je préfèrerais lire un bouquin/prendre un bain /jouer à un jeu avec vous, mais si on ne le fait pas maintenant, on aura tous faim dans une heure”. Et oui, maman est un être comme les autres, avec des envies, des flemmes. Pas une machine de guerre à votre service ! Donc l’excuse “j’ai pas envie de le faire”, si elle ne fonctionne pas pour maman, elle ne fonctionne pas pour toi non plus Numéro 1 (je leur dis avec plus de diplomatie quand même). 
  • Exprimer si cela nous coûte de faire quelque chose : “Je déteste sortir les poubelles quand il pleut !”, “je suis crevée mais il faut quand même faire les courses car le frigo est vide”, “c’est dégoutant de nettoyer les toilettes, mais il faut les nettoyer”. Et oui, maman elle aussi trouve certaines tâches désagréables, et pourtant, elle les fait quand même ! (Oui, maman est un être supérieur mais ce n’est pas le sujet). Personne n’aime sortir le compost, pas plus moi que toi Numéro 2, donc allez zou, c’est ton tour.  
  • Raconter nos journées : si on fait du travail totalement invisible (voir dessus), et bien il faut en parler le soir. Histoire qu’ils soient au courant des choses qu’il y a à faire dans une maison, qu’ils savent que les choses ne se font pas magiquement et automatiquement.

Alors non, le changement ne se fera pas du jour au lendemain et cela en soit ne suffit pas pour que les enfants deviennent des pros des tâches domestiques. Mais c’est une des stratégies de l’arsenal, et elle est plutôt efficace quand on la pratique quasi systématiquement.  Le but n’est pas de faire culpabiliser les enfants mais de les faire se décentrer d’eux-mêmes.  Commencer par ne plus travailler dans l’ombre est un bon point de départ pour une prise de conscience des demandes du quotidien. Ensuite (ou mieux, en parallèle), c’est plus facile de travailler sur l’autonomie. 

Et vous, vous en faites beaucoup du travail invisible ?


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

Organisation familiale

Nos amis les invités

Ça y est, le baptême du feu est passé pendant ces vacances; nous sommes passés de 5 à 10 dans l’appartement pendant une semaine. 4 adultes, 6 enfants entre 9 à 14 ans (mmmm, les hormones), 1 salle de bain, 3 chambres.  Et au final, aucun enfant mis en vente (on y a quand même pensé une ou deux fois), aucune crise de nerfs et aucune affaire perdue. Miracle ? Peut-être. Mais surtout une préparation toute simple en amont (et en famille), et une gestion de la logistique aux petits oignons par les adultes. 

Si vous vous apprêtez à recevoir du monde ces prochains jours, voici les quelques astuces qui ont rendu notre quotidien à 10 beaucoup plus facile qu’on ne pourrait le penser.  

La préparation 

Préparer l’espace

Nous avons peu de meubles, donc de la place au sol et à l’intérieur des placards. Cela facilite grandement les choses ! Pour que personne ne passe son temps à chercher/ranger ses affaires, nous avons joué un peu aux chaises musicales et dédié à nos invités les espaces suivants :  

  • 2 étagères dans le meuble à chaussures  
  • Des patères du porte-manteaux  
  • Une étagère dans le meuble de la salle de bain pour toutes leurs affaires de toilette 

Au lieu de répartir tout le monde dans 2 chambres, nous avons opté pour l’option dortoir dans l’une (avec aucune place pour autre chose que les matelas), et deuxième chambre inchangée pour les adultes, donc avec toute la place au sol pour loger la dizaine de sacs. Comme ça, pas d’éparpillement ni de mélange d’affaires entre les familles (oui, nous avons tous les même chaussettes Décathlon).  Il a suffi de bouger les 2 petits meubles de la chambre de Numéro 3 dans la salle à manger.  

Préparer le matériel

Qui dit minimalisme, dit que nous ne croulons pas sous les doublons.  Malgré cela, il ne nous manquait peu de choses, et les solutions étaient toutes trouvées : une chaise (prêtée par nos supers voisins), 2 draps (amenés par nos invités), et une assiette à soupe (facilement substituée par un bol, mais quel génie !). Pour les couvertures en plus, nos 5 sacs de couchage ont fait l’affaire pour les enfants. Pourquoi stocker toute l’année des objets qui ne serviront que quelques jours par an quand on peut faire autrement ? 

L’organisation 

Absolument rien d’extraordinaire. Le but est de faire participer les enfants le plus possible. Chaque jour on désigne 2/3 enfants pour vider le lave-vaisselle / mettre la table / préparer les sacs de rando (c’est le bazar s’ils s’y mettent tous, il vaut mieux désigner des victimes volontaires). Tous les soirs avant de se coucher, on regroupe les affaires qui trainent, le linge sale, etc. Si on attend le dernier jour, on passe son temps à chercher les choses.  

La seule chose sur laquelle il a fallu mettre la pression à 10 avec une seule salle de bain, c’est la toilette du matin et les douches du soir. Cela aide de donner aux enfants un ordre de passage, mais surtout de tambouriner sur la porte à intervalles réguliers (tel Sheldon qui veut rentrer chez Penny #toimêmetusais). Sinon, clairement, on ne décolle pas avant 10h30 heure le matin.  

Et enfin pour les repas, on a fait les menus pour 2/3 jours à l’avance pour se simplifier la vie (merci l’application Jow pour les idées et surtout pour les listes de courses auto-générées). D’habitude on fait les courses une semaine à l’avance, mais le frigo n’est pas extensible. Nous avions aussi fait toutes les découpes à l’avance pour les 3 premiers repas histoire d’avoir plus de temps pour l’apéro ! (chacun ses motivations).

La remise en état 

Comme nos invités avaient des endroits attitrés pour leurs affaires et que nous regroupions tout tous les soirs (et que ma belle-sœur est une machine de guerre), tout a été emballé et chargé en un temps record. Pendant ce temps-là, on a tout replié, remis les meubles qui avaient bougé, retiré tous les draps, etc. La maison était redevenue comme avant dès qu’ils sont partis.  

Morale de l’histoire

Le désencombrement, c’est LA BASE d’un quotidien plus simple. Nous n’avons jamais autant apprécié avoir un appartement désencombré. Nous pouvons moduler l’espace et faire de la place pour tout le monde, le système de rangement est simple (tout le monde peut donc trouver les choses facilement sans demander et aider à garder les choses en ordre), l’entretien se fait super facilement au fur et à mesure, et nous avons donc eu du temps pour profiter les uns des autres, et ne pas passer notre temps à faire la cuisine ou chercher les affaires.  

Et vous, vous avez des trucs pour vous simplifier la vie quand vous recevez du monde ? 


Autres articles qui pourraient vous intéresser

Notre ami le minimalisme
Notre ami le tri simplifié
Notre ami le rangement
Notre ami le désencombrement
Notre ami les reunions de famille


Tous les articles par catégorie


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Tri & désencombrement

Nos amis les points chauds 

Chaque maison, si ce n’est chaque pièce, à un voir plusieurs points chauds. Non, je ne vous parle pas d’un endroit ou apparaitrait, comme par magie, votre dernier crush Hollywoodien. Un point chaud, c’est un endroit où les objets s’entassent, comme attirés par un aimant invisible. En général ce sont des surfaces planes et dégagées, facile d’accès. Les plus gros points chauds ? La table de la salle à manger, le meuble de l’entrée, la chaise dans la chambre, le repose pied du salon. Vous voyez de quoi je parle.  

Le problème du point chaud ?  

On y accumule très vite des objets divers et variés (le courrier, les vêtements à plier, les dessins des enfants, le contenu de nos poches, les choses que l’on veut trier plus tard, etc). Le risque est que ces objets s’entassent, moins on a envie de s’y mettre. Une fois qu’il n’y a plus de place, le bazar migre vers d’autres endroits, et on se retrouve à nager dans un bazar ambiant qui demandera encore plus d’énergie à ranger ou à faire ranger.  

Je sais, c’est un scénario digne des plus grands films d’angoisse. Mais n’ayez crainte, il y a des solutions. Je n’allais pas vous laisser comme bébé dans un coin (#ouiJai41ans). 

Les solutions 

Vous avez le choix dans vos solutions bande de petit.e.s veinard.e.s. 

  1. Eliminez le point chaud : c’est le choix le plus radical. La petite table d’appoint n’a aucune autre fonctionne que celle d’accumuler du bazar ? Elle peut sans doute partir. Le courrier devra trouver une autre place, plus logique, pour vivre en attendant d’être trié. 
  1. Diminuer la surface disponible du point chaud : Si sur cette petite table il y a un vase, si sur le haut du micro-onde on met un bol de fruits, cela fait moins de place pour le bazar. On devra faire le vide plus régulièrement car cela débordera plus vite, et la personne responsable y passera moins de temps.  
  1. Intégrer le rangement du point chaud à une routine du matin/soir/hebdomadaire : débarrasser la table du salon peut être la responsabilité d’un membre du foyer qui l’intègre à sa routine du soir par exemple. Une routine c’est un automatisme auquel on ne pense même plus. Cela met du temps à mettre en place, mais ça vaut le coup dans le cas du rangement rapide d’un point chaud. On n’y réfléchi même plus, ça se fait tout seul, et rapidement si c’est fait tous les jours.  

Chez nous le plus gros point chaud c’est la table du salon. Donc tous les soirs après le repas, chacun reprend ce qui est à lui et qui s’est accumulé dans la journée.  

Je vous invite chaudement (jeu de mots) à identifier vos points chauds et essayer une des trois solutions ci-dessus.  Et bien sûr à ne pas être la seule personne à vous occuper de son rangement régulier si vous décidé de garder le meuble en question. A bazar collectif, rangement collectif ! 


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Reçois les nouveaux articles dans ta boite mail

Tri & désencombrement

Nos amis les objets sentimentaux

Ce sont les objets les plus difficiles à trier. Mais avec les années, ces objets s’accumulent, nos goûts et mode de vie changent, et nous sommes régulièrement confrontés à leur tri (voir tous les jours quand vos enfants vous offrent des dessins tous les jours comme si c’étaient des Picasso). 

Je vous résume ici les stratégies que j’ai lues et adoptées pour me guider dans mon choix lors ce que je suis confrontée à un tel objet. Je ne sais plus qui a dit quoi dans quel livre (je mélange déjà le prénom de mes fils alors bon), je vous recommande de tous les lire pour être sûr.e. 

S’interroger sur la raison d’être de l’objet 

Pourquoi ma grand-mère m’a envoyé cette carte d’anniversaire le jour de mes 10 ans ? Pour que je la relise 30 ans après, ou pour me dire qu’elle pense à moi le jour en question ?  
 
Le plaisir procuré par ce bonhomme en pâte réside-t-il dans sa fabrication, ou bien dans son exposition ? Beaucoup de créations d’enfants sont faites pour développer leur sens artistique, leur motricité, etc. Le but n’est pas de l’afficher sur le frigo ou le garder dans une boite forever.  

Se demander pour QUI on garde cet objet 

Pour faire plaisir à tatie quand elle vient rendre visite ? Que se passe-t-il s’il n’est plus là la prochaine fois ?  
 
Pour les enfants plus tard ? Ne pas confondre nos souvenirs de leur enfance avec LEURS souvenirs d’enfance (Descartes, sors de ce corps). On peut laisser les enfants choisir leurs souvenirs, et ne pas imposer les nôtres. Je n’ai pas envie de les encombrer avec mes souvenirs, ils auront assez des leurs.  
 

Se demander si l’on peut activer les souvenirs autrement 

Le but d’un objet sentimental est de réactiver un souvenir. Mais ont peut penser à des manières de réactiver le souvenir, sans garder l’objet. Les enfants se sont pris en photo avec certains de leurs jouets avant de les donner. La photo réactivera le souvenir aussi bien que l’objet lui-même. Et si la photo défile sur l’ordinateur, le souvenir sera réactivé plus souvent que si le jouet est gardé dans le grenier (et si vous avez regardé Toy Story, vous saurez que les jouets sont tristes quand on ne joue pas avec). 

Regarder si je n’ai pas un “doublon sentimental” 

Si j’ai envie de me souvenir de mes soirées d’adolescence (j’aime me souvenir des grands moments de gênance, j’ai l’impression d’avoir fait des progrès dans ma vie), ais-je vraiment besoin d’avoir 200 photos floues et surexposées ? Deux ou trois ne suffisent-elles pas à me replonger dans les souvenirs de camping-bières-tièdes ?  

J’habite loin de ma famille. Ais-je besoin d’avoir leurs photos, leurs cadeaux ou autres souvenirs en nombre dans toutes les pièces ? Je ne penserai pas moins à eux si je ne garde qu’une photo dans l’entrée. 

Si j’ai le choix entre garder un objet purement décoratif ou bien un objet utile pour me rappeler un endroit, un moment ou une personne, je garde l’objet pratique. Pas besoin d’avoir 3 fois le même souvenir sous 3 formes différentes.  

Détourner l’objet pour garder le souvenir, sans stocker l’objet dans un placard 

Les enfants ont transformé quelques vêtements fétiches en peluches de leur création. Ils ont appris à se servir de la machine à coudre, ont un objet qu’ils adorent, et moi cela me fait penser à quand ils étaient petits et mignons #lestempschangent. On peut faire la même chose avec plein de vêtements, en faire des coussins, des tissus d’emballage de cadeaux, etc. 

On peut laminer des cartes, des dessins, et en faire des sets de table, ou bien en faire un collage géant, l’encadrer et l’utiliser ne décoration dans la chambre des enfants (belle idée, je rend à ma soeur ce qui appartient à ma soeur). On peut utiliser un vieux plateau comme vide poche sur le meuble de l’entrée.  

Avec un peu d’imagination, il y a mille et une manière de garder sans condamner les objets dans une boite ou un placard.  

S’interroger sur les sentiments liés à se souvenir 


Tous les souvenirs ne sont pas forcément 100% positif. On garde certaines choses par loyauté, pour faire honneur aux personnes, souvent les personnes disparues. On ne veut pas les oublier, et c’est normal. Au décès de mon grand-père, je n’ai demandé qu’une ou deux choses, qui me rappelle de bons souvenirs. Je serais incapable d’être apaisée chez moi si j’étais entourée d’objets qui me rappelle mon grand-père dans toutes les pièces. Le tableau dans mon salon me fait penser à lui tous les jours, sans être submergée par un deuil dur à faire.  

Je vous laisse avec une réflexion (je crois de The Minimalists). Les souvenirs ne résident pas dans les objets, ils résident en nous.  


Livres qui pourraients vous interesser et qui me guident tous les jours

« Le grand débarras », Nagisa Tatsumi
« A year of less », Cait Flaunders
« La magie du rangement », Marie Kondo
« Le minimalisme au quotidien », Joshua Fields Milburn
« Aimer les gens, utiliser les choses », Joshua Fields Milburn, Ryan Nicodemus


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Tri & désencombrement

Notre ami le tri – édition cuisine

La cuisine est une pièce dans laquelle on passe beaucoup de temps, donc que l’on veut agréable, et surtout pratique et praticable (personne n’a envie de jouer à Tetris avant de pouvoir trouver de la place sur le plan de travail pour couper un oignon…sauf peut-être les joueurs de Tétris). Si une cuisine encombrée c’est un inconfort auquel on se confronte au moins 2 fois par jours, alors une cuisine désencombrée c’est un service que l’on se rend tout aussi souvent (un jour je ferais un recueil de phrases profondes).  

Donc avant de changer de cuisine par manque de rangements, ou à cause d’un mauvais agencement perçu, cela vaut le coup de faire un gros travail de désencombrement, et de revoir l’organisation en fonction de SON utilisation, et non celle du catalogue Ikéa.  

Théoriquement, le désencombrement de la cuisine peut aller assez vite, car ce n’est pas l’endroit qui regorge le plus d’objets sentimentaux (même si on peut être attaché au service à soupe de papi). Par contre, c’est le lieu idéal de l’ennemi numéro un du désencombrement : le “au cas où”. On garde 4 plats à tarte « au cas où  » on fasse 4 tartes en même temps alopar exemple (mais quand ? pour le championnat de Bretagne de tarte ?). C’est aussi le lieu de prédilection des ustensiles à utilisation unique, comme le pressoir à ail ou le coupe œufs-durs (je ne veux pas être méchante avec l’inventeur de cette merveille, mais il.elle a déjà entendu parler d’un couteau ?). Et avec ces objets-là, on se ment facilement en se disant que si, on va les utiliser car on a déjà fait des crèmes brulées, une fois, en 2012, donc on va peut-être en refaire (non Bruno, tu n’en referas pas, et en plus elles n’étaient pas terribles, tu ferais mieux de vider tes placards et de soutenir le pâtissier local la prochaine fois que tu veux des crèmes brulées) 

Pour ne pas tomber dans ces pièges, voici la méthode pour laquelle nous avons opté pour notre dernier gros désencombrement de la cuisine.

Avant le tri 

On s’est fixé des critères objectifs pour savoir ce que l’on garde (méthode Dewey : toi tu vis, toi tu vis, toi tu meurs).   

  • On réfléchit à nos VRAIES habitudes de cuisine : on ne met JAMAIS plus de 2 plats au four en même temps, donc on garde les 2 plus versatiles en taille, et on donne les autres. On n’utilise jamais plus de 3 feux en même temps, pourquoi avoir 5 casseroles ? Ce qui rentre dans une petite peu rentrer dans une grande. 
  • On définit le nombre d’exemplaires de certains objets dont nous avons besoin en fonction de nos usages : Nous sommes 5, nous invitons rarement plus de 7 personnes chez nous, donc un service d’assiettes et de couverts pour 12, c’est largement suffisant pour le quotidien, et pour quand on invite. Au pire on fera un apéro dinatoire ou bien on se fait prêter des choses (note pour moi même, pensez à se faire d’abord plus d’amis).  
  • On définit les critères de fréquence d’utilisation pour garder un objet : si on utilise un ustensile/plat/moule moins de 3 fois par an, on ne le garde pas (on peut se le faire prêter, ou juste faire d’autres gâteaux que des charlottes que de toute façons je rate toujours).   

Quelle que soit la pièce que je trie, je privilégie toujours le confort quotidien (comme le fait de mettre moins de 10 minutes à remettre ma cuisine en ordre tous les jours), à “l’au cas où » occasionnel (« au cas où » j’ai envie de faire un tajine une fois par an, “au cas où” je reçoive 10 personnes une fois, etc). On trouve toujours des solutions à “l’au cas où” occasionnel donc à mes yeux, pas besoin de s’embêter au quotidien à stocker ce surplus.  

Une fois le tri fait 

  • On regroupe les objets par usage 
  • On fait attention à mettre les objets les plus utilisés dans les endroits les plus accessibles (on fait les rebelles et on met les verres dans les tiroirs si c’est plus pratique…je sais, ma vie est rock’n’roll).  
  • On a mis tous les couverts, etc. à hauteur d’enfants (si on veut qu’ils mettent la table tout seul, c’est mieux que tout soit à leur hauteur) 
  • Petit truc bonus : les verres, assiettes et couverts ne sont pas aux mêmes endroits dans la cuisine, comme ça ils ne se gênent pas quand ils mettent la table ou débarrasse le lave-vaisselle (on a divisé le nombre de MAAAAAIS t’es dans mes pates/bouge/tu me gêne par 46.5% au moment du vidage de lave vaiselle). 

Résultat 

J’ai de la place pour tout, j’ai même des étagères vides ! Et pourtant, on est 5, la cuisine a peu de rangements et on fait la cuisine tous les jours. Tout est accessible pour tous, les plans de travail sont complètements dégagés, donc la cuisine est facile à utiliser, ranger, et nettoyer. Et comme elle n’est pas encombrée, tout le monde sait où vont les choses, pas juste les parents. Le seul problème c’est que je n’ai plus de tri à faire dans la cuisine depuis plusieurs années, alors que j’adore les avant-après. J’accepte les invitations avec plaisir.  


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Organisation du quotidien, Organisation familiale

Notre ami le gain de temps

“Il n’y a jamais assez d’heures dans la journée », « les journées ne sont pas extensibles”, “on court toujours après le temps”, tant d’expressions que nous entendons régulièrement et que nous pouvons même parfois prononcer. Et le problème quand on a la tête dans le seau, c’est qu’il est difficile de trouver des solutions par soi-même pour retrouver ce temps « perdu ».

Comme je suis une personne gentille (il y a eu un vote, je vous jure que c’est vrai), j’ai voulu partager avec vous quelques petites choses que l’on peut faire rapidement pour gagner du temps dès cette semaine (ou la semaine prochaine, no pressure).  

Grouper les tâches 

La base. Pourquoi faire les choses 10 fois quand on peut les faire une seule ? Voilà les tâches que nous groupons chez nous pour gagner du temps : 

  • La planification des menus : on se prend la tête une fois par semaine au lieu de réfléchir tous les jours à ce que l’on peut faire à manger.
  • Les courses : toujours le même jour dans la semaine, pas d’aller-retours journaliers à la superette du coin (sauf quand stratégiquement j’ai besoin de m’éloigner des enfants!).
  • Les découpes : Certain.e.s font du batch cooking, on a essayé pendant un moment, mais ça n’a pas pris. Oui on gagne du temps la semaine, mais cela prenait trop de temps sur notre week-end. Donc on fait du batch couping (I am bilingue you know)! Beaucoup plus rapide, et GROS gain de temps la semaine. On fait juste les découpes des légumes à l’avance et on met dans des boites. Bonus, on a moins besoin de sortir pour aller au compost vu que toutes les épluchures sont évacuées d’un coup.  
  • Le ménage : une fois par semaine, le dimanche. Je parle du gros ménage sols/poussières, pas de mettre un coup rapide sur les éviers, plan de travail ou toilettes (on a un minimum quand même!).
  • La paperasse/l’administratif : une fois par semaine, comme ça on ne prend pas de retard et ça prend moins de 10 minutes 

Diminuer la fréquence de certaines tâches  

  • Le bain des enfants : 3 bains à donner, ça prend du temps, quand justement on en a moins, et qu’on est fatigué.e d’une journée de travail. Alors au bout d’un moment, on a réduit. 3 fois par semaines (ou quand ils étaient sales bien entendu) c’était bien assez, et ils n’étaient pas crassous pour autant.  A partir du moment où ils ont pris leur douche seul de toute façon, le problème était réglé.
  • Les lessives : Tant qu’il n’y a pas de tâches et que ça ne sent pas, on garde les vêtements plusieurs jours. On ne met pas un t-shirt ou un short une seule journée. Quand on a trois enfants, ça diminue grandement les lessives ! 
  • L’aspirateur : avant on passait l’aspi dans la maison 2 fois par semaines. Maintenant c’est une fois. Et bien ça suffit amplement au final.

Eliminer certaines tâches  

Il y a des choses que l’on faisait, mais que l’on ne fait plus du tout, parce que ce n’est pas une priorité pour nous : 

  • Le repassage : je ne repasse RIEN. Au pire des cas, un petit coup de sèche-cheveux suffit. Alors oui, fini les hauts en lin, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle ! 
  • Le tri du linge : tous les vêtements sont mélangés et lavés à 30 degrés (du coup on fait attention à ce qu’on achète). Les serviettes et draps sont lavés ensembles à 60. Fini le sombre/clair/délicat/lavage main/pressing. 
  • Il doit y avoir d’autres choses, mais comme je ne les fais plus…j’ai oublié ! 

Et comme d’habitude, LA BASE pour gagner instantanement du temps au quotidien : le désencombrement ! Nous avons pris un virage minimaliste et ne vivons qu’avec le tiers de ce que nous avions avant le dit virage. Vous n’avez pas idée du temps que cela libère ! 

Et vous, il y a des choses qui vous prennent du temps et que vous voudriez arrêter de faire ?


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail