Délégation & Autonomie des enfants, Organisation du quotidien

Desinvibiliser le travail domestique

Nos sociétés ont un peu évoluées ces dernières années en ce qui concerne le partage de la charge mentale. Déja, on sait toutes ce que c’est. Beaucoup de mamans  se sont reconnues dans la célèbre BD d’Emma de 2017  “fallait demander”. Si tu n’as pas lu cette BD, je te laisse 10 minutes pour le faire, mais tu reviens tout de suite après okay ? Et si cette prise de conscience a permis d’entamer une discussion au sein du couple et de la famille, pour beaucoup la discussion s’est soldée par l’une de ces deux choses :

  • Une prise de conscience mais sans changements durables
  • Un déni de la situation  et donc aucun changement

Je pourrais parler du premier point pendant longtemps, et j’ai même créé des outils et tout un programme pour accompagner les familles dans une meilleure gestion de leur temps et la mise en place d’un vrai partage des tâches et des responsabilités. Je parle longuement de ce sujet dans cet article.

Ici c’est du deuxième cas de figure dont je voudrais parler. Je n’ai pas (encore) de baguette magique, mais une réflexion personnelle à partager qui pourrait peut-être aider. Nous les mamans sommes souvent amenées à rationaliser notre temps, à faire plusieurs choses à la fois pour faire tourner la maison et la famille.

Le travail invisible

De fait, dans notre envie de faire avancer les choses d’une case tous les jours, nous effectuons de nombreuses taches de manière totalement invisible. Voici quelques exemples:

  • Lancer une machine quand les enfants sont sous la douche ou que notre conjoint.e s’en occupe
  • Faire à manger quand toute la famille fait autre chose
  • Commander les courses en ligne sur la pause de midi
  • Faire les courses sur le chemin de la maison
  • Étendre la lessive avant de se coucher quand tout le monde est au lit
  • Prendre les rendez-vous médicaux quand personne n’est dans les parages
  • Faire le ménage pendant la sieste, ou quand notre conjoint.e n’est pas là

La liste est longue. Pensez à tout ce que vous faites en mode furtif soit pour optimiser votre temps, soit par dépit du manque d’investissement de la famille, soit par obligation car vous en avez tellement à faire que vos options sont limitées.

Le coût du travail invisible

Cette organisation peut malheureusement avoir un coût. Certaines tâches deviennent invisibles et la famille pense que le panier à linge est magique et absorbe les vêtements sales puis les recache propres et pliés dans l’armoire (si vous avez un panier comme ça, faite moi signe par contre). Et si personne ne voit ce que l’on fait, la prise de conscience est plus compliquée. Attention, je ne trouve pas d’excuses aux personnes qui se dédouanent de leurs responsabilités et préfèrent ne pas voir et ce n’est sûrement pas la faute des mamans si elles sont obligées d’adopter ce mode furtif.

Pour qu’une situation change, il faut commencer par la rendre visible avant de trouver des solutions pour y remédier. Laissez moi vous donner un exemple parlant : Si je suis invisible aux yeux de Bradley Cooper, il ne peut pas se rendre compte que je suis la femme qu’il lui faut; alors que si il me voyait j’aurais déjà plus de chances de changer sa situation amoureuse. Vous voyez le truc ?

Désinvisibiliser le travail

Désinvisibiliser notre travail consiste simplement à mettre en valeur ce travail invisible. Cela peut-être aussi simple que de parler en plus de détails de sa journée lors du repas familial (ce midi j’ai pris rendez-vous chez le docteur/j’ai fait les courses pour toute la famille). Cela peut-être dire à ses enfants “pendant que vous vous mettez en pyjama, moi je vais étendre une lessive pour que vous ayez des choses propres à vous mettre demain”.

Cette étape de mise en valeur facilitera une prise de conscience, étape indispensable avant de pouvoir rééquilibrer la situation. Cela révèle aussi aux enfants toutes les choses qu’ils vont devoir assimiler au fil des années pour devenir des personnes capables et indépendantes.

Donc si tu te reconnais dans ce portrait de femme en mode furtif, je t’invite à te montrer et à mettre en avant ta contribution pour le bon fonctionnement de la famille. C’est un bon début, et il faut commencer quelque part. Parce que si l’on ne change rien, rien ne changera.  


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Tri & désencombrement

L’effet domino – Par où commencer dans mon tri ?

Bon, d’accord, je le conçois, désencombrer n’est pas toujours une partie de plaisir. Bien sûr on sait qu’une fois qu’on l’aura fait on se sentira plus légère et soulagée, mais quand la maison déborde, c’est souvent de s’y mettre qui est difficile. La question qui me revient le plus souvent est : “mais pas où je commence” ? La réponse est souvent : ben ça dépend. Mais comme je commence à vous connaître et que vous vous attendez à mieux, je vais vous donner quelques cas de figure.

Si vous avez encore un peu de place dans vos placards

Là, il n’y a pas vraiment de mauvais endroit pour commencer. Le plus important est de s’y mettre. Je vous conseille de choisir une pièce ou il y a beaucoup de passage, dont tout le monde profite. Commencez par le meuble à gauche en entrant dans la pièce, et triez-le étagère par étagère, ou tiroir par tiroir, en commençant par le haut, et en descendant petit à petit. Une fois les objets de ce meuble sortis et triés par catégories (à garder, à stocker dans un autre endroit, à donner, à vendre, à jeter), vous vous attaquez au meuble suivant. Et ainsi de suite.

Si vous avez du mal avec les objets sentimentaux


Le tri c’est un muscle, et il faut l’exercer. Si vous avez du mal avec les objets sentimentaux mais que vous savez qu’il va falloir s’en séparer d’un certain nombre pour atteindre vos objectifs de tri (peut-être que vous déménagez par exemple), commencez alors par une pièce qui n’en a pas trop. Je vous conseille de commencer par la salle de bain par exemple, ou la cuisine. Les vêtements sont aussi un bon début car on peut appliquer beaucoup de critères de tri objectifs (je ne garde que ce qui est à ma taille, en bon état et que j’ai mis ces ¾ derniers mois par exemple). Si les vêtements sont pour vous des objets sentimentaux, ne commencez-donc pas par cela. 

Si votre maison souffre de l’effet domino

L’effet domino c’est quand une pièce devient tellement encombrée que ce qui devrait s’y trouver à l’origine déborde dans les autres pièces. Les autres pièces débordent donc à leur tour, et ce qui devait s’y trouver trouve place ailleurs. Et ainsi de suite. Généralement cela commence avec une catégorie d’objets qui fini par prendre trop de place.

Si vous avez une ou plusieurs catégorie d’objets dans plusieurs pièces (comme des jouets, des vêtements, des livres, etc), commencez par réfléchir à l’endroit où vous souhaiteriez tous les regrouper une fois que vous les aurez triés. C’est par cette pièce là qu’il faudra commencer. Créez d’abord la place, ensuite triez la catégorie en question, puis rangez tout bien comme il faut. 

Quelle que soit votre problématique, allez à votre rythme. Pas besoin de vous épuiser, un meuble ou un tiroir par jour/semaine, c’est bien aussi ! Le principal c’est de s’y mettre.


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Tri & désencombrement

Les bénéfices du tri chez les séniors

Faire le tri est une chose. Désencombrer sa maison après plusieurs décennies d’accumulation en est une autre. Si vous êtes dans votre maison depuis plusieurs décennies vous avez eu du temps d’accumuler. Il y a tout d’abord ce que VOUS avez acheté au fil des années, puis ce que l’on vous a donné, ce que vos enfants ont laissé chez vous (joie de la parentalité!), et peut-être même ce que vous avez hérité. Vous vous êtes peut-être habitués à ce surplus, avez peur de vous séparer d’objets sentimentaux, ne savez pas par où commencer, ou n’en avez pas l’énergie de vous lancer dans un désencombrement. Si vous manquez de motivation, laissez-moi 2 minutes pour vous exposer les bénéfices d’un tel travail de tri, vous pourrez me dire à la fin si cela a fonctionné (pression!!).

Réinvestir son espace

Désencombrer permet de rendre  envisageable un réagencement ou des travaux de rafraichissement et en facilitera l’exécution éventuelle car vous aurez de la place pour déplacer les meubles ou les stocker dans une pièce en attendant la fin des travaux. Vous vous offrez l’occasion de vraiment faire le point sur ce que vous aimez chez vous ou non, et ouvrez la porte à de nouvelles possibilités pour vous sentir bien chez vous. 

Adapter son espace à de nouveaux besoins

Une maison doit s’adapter à ses occupants, il en va de même pour ce qu’elle contient. Si vos petits-enfants ne sont plus en bas-âge vous n’avez peut-être plus besoin de tout ce matériel que vous entreposez dans des placards. Vous avez peut-être un nouveau hobby qui vous demande du matériel et de la place. Bref, il est temps de repenser la manière dont vous vivez votre maison, et donc ce qu’il y a dedans, pour en profiter pleinement. 

Favoriser l’autonomie

Moins on a de choses chez soi, plus la maison est facile à entretenir seul.e, et moins il y a de risque que de chutes d’objets, ou de chutes tout court d’ailleurs. C’est mathématique ! L’espace allégé devient plus facile à vivre et à circuler, donc plus sûr. Votre autonomie en sera prolongée. 

Continuer à penser à l’avenir

Des projets, on en a toute sa vie. En tout cas, on devrait non ? Si être entouré de souvenirs fait du bien, être entouré de trop de souvenirs peut nous retenir dans le passé, nous emmener sur le terrain de la nostalgie ou bien ralentir un processus de deuil. Pas facile d’avancer lorsque l’on est entouré d’objets ou de meubles qui nous rappellent en permanence un être cher. N’oublions pas que les souvenirs sont en nous, non dans les objets, et que les souvenirs font surface quoi qu’il arrive. Pas besoin de forcer ces souvenirs des que l’on pousse la porte d’entrée de sa maison. 

Préparer l’avenir

Les accidents de la vie, la perte d’indépendance, ce sont des choses qui peuvent arriver. Passer d’un 120m2  à un 30m2 en quelques semaines pour raison médicale n’est pas chose aisée et se séparer d’objets ou de meubles dans ces conditions là peut etre traumatisant. Alors autant faire un vrai désencombrement lorsque l’on a le temps et l’énergie de le faire. Votre futur vous vous remerciera. 

Aider ses enfants

Non, nous ne sommes pas éternels, et viendra un jour où ce sera à nos enfants de disposer de nos affaires. Pas facile pour eux de savoir quoi garder, donner, ou jeter, ils auront peut-être peur de trahir votre mémoire. Ce processus engendre également bien souvent des conflits au sein des familles endeuillées. Se débarrasser du superflu de son vivant, c’est aussi rendre service à la génération d’après. Non seulement ils n’auront pas tout ce travail à faire alors qu’ils sont endeuillés, mais ils sauront d’un coup d’œil ce qui a été important pour vous ou non et sauront en disposer avec l’esprit plus libre. 


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Délégation & Autonomie des enfants, Tri & désencombrement

Le lien entre tri et autonomie des enfants

Ce n’est pas un hasard si les professionnelles du tri (a.k.a Home Organisers) offrent également des services de ce que l’on appelle “organisation familiale”. En effet, une maison désencombrée est plus facile à vivre, plus simple à entretenir et à organiser. Le gain de temps et d’énergie suite à une intervention  nous permet de sortir la tête de l’eau et de revoir notre organisation quotidienne.  Mais un des bénéfices cachés du désencombrement pour les familles (même celle avec des tout petits) est sur le gain d’autonomie des enfants. Voici la liste (non exhaustive) des bénéfices du tri sur les enfants.

Développe le sens des responsabilités

Faire le tri dans leur chambre les incite à prendre des décisions et à en accepter les conséquences (est-ce que garde la poupée sans tête ?). Notre respect de leurs décisions les valorise également beaucoup. C’est aussi l’occasion de faire le point sur l’état de leurs jouets ou vêtements et les incite à continuer à en prendre soin (C’est bien Marie-Kévina, ton puzzle est complet car tu le ranges toujours après avoir joué avec, on peux le garder!)

Fait réfléchir sur ses besoins

A eux de décider s’ ils jouent toujours avec tous leurs Paw Patrols ou encore avec leur livre musical (celui dont vous avez les chansons en tête même pendant la journée de travail). Cela leur apprend à réfléchir à ce qui apporte du positif à leur vie ou non (avec l’espoir qu’ielles sauront peut-être plus facilement se débarrasser de leur chéri.e on peut être trop lourdingue plus rapidement que nous au même âge !)

Facilite le rangement de la chambre

C’est mathématique, si il y a moins de choses à ranger, c’est plus facile de le faire sans l’aide de papa ou maman. Surtout si ielles ont choisi un mode de rangement et de classement qui leur convient.

Plus d’indépendance dans la maison

Plus facile de retrouver ce dont on a besoin dans une maison désencombrée et rangée. Pas besoin de demander aux parents “ils sont ou les crayoooons” s’ ils ne sont rangés que dans un seul endroit en non éparpillés dans la pièce. Fini les “je range ou les boooooools” si chaque objet à une place fixe et facile d’accès.

Le ménage est plus simple

Plus facile pour Jean-Billy de passer l’aspirateur dans un salon désencombré, de ranger son linge dans un dressing sobre, de faire les poussières s’il n’y a pas 15 bibelots à bouger. Vous voyez l’idée. Moins on a de choses, plus les entretenir devient un jeu d’enfants. Donc par définition les enfants peuvent le faire.

En règle général, se décharger des tâches ménagères (ou juste en déléguer une partie quand on a de tout petits enfants qui ne peuvent pas assumer de tâches seul.e.s) est BEAUCOUP plus facile dans un environnement allégé.

Mon défi pour vous serait de désencombrer la chambre de votre enfant, toujours avec lui ou elle, de le laisser prendre les décisions, et si vous arrivez à vraiment alléger l’espace, vous commencerez déjà à voir les résultats sur son autonomie.


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

Organisation familiale, Organiser son travail

Se simplifier la paperasse

Il y a quelques mois j’ai écrit un article sur la gestion de l’administratif à la maison. Vous le trouverez ici et pourrez y lire ma méthode pour mieux la gérer. Cet article est évidemment brillant et très drôle mais dans mon empressement à vous donner des astuces, j’ai omis de parler de deux étapes cruciales : celle qui vient AVANT la méthode de tri et de classification, et celle qui vient APRÈS.  

Avant la reprise en main

Il est important de se regarder dans le blanc des yeux (je sais, ce n’est pas facile), et de se demander comment on est arrivé à se laisser dépasser. Cette étape fondamentale permettra de mettre en place le système qui correspond à VOTRE situation. La vérité est peut-être ailleurs (voir même “au bout du couloir” pour les fans de “y’a que la vérité qui compte”, ne vous cachez pas, je vous est reconnu). Je vous donne des raisons en vrac aux freins les plus courants :

  • Vous manquez de temps : Le temps ça ne se trouve pas, ça se crée. Une nouvelle organisation vous aidera énormement.
  • La paperasse vous angoisse : Et c’est compréhensible. Une nouvelle organisation aidera à ne pas accumuler de retard et donc de stress.  Peut-être pourriez-vous déléguer la partie la plus anxiogène à un.e professionel.le (fiduciaire, comptable, assistant administratif,etc), ou votre conjoint.e. 
  • Vous n’avez pas envie : la meilleure solution reste la délégation à un.e professionnel.le de tout ce que vous pouvez. Si vous déléguez à votre conjoint, attention à ce que cela ne crée pas une charge trop lourde, et que la personne veuille bien s’en occuper. Si vous ne pouvez pas déléguer, une bonne organisation aura au moins le mérite de réduire le temps que vous y passez.
  • Vous n’avez pas les compétences : formez-vous, ou faites vous accompagner par un proche ou un.e professionel.le.
  • Vous n’avez pas de place pour tout gérer et stocker : triez votre espace. On pense souvent avoir peu d’espace alors qu’en réalité, on a juste trop d’objets autour de nous. 

Après la reprise en main

Que vous ayez opté pour une meilleure organisation, ou pour vous faire aider par une personne extérieure, si vous ne vivez pas seul.e, mettez-vous d’accord sur le système à adopter et sur qui fait quoi et quand. Un processus simplifié et bien organisé permet de se simplifier la vie, mais le partage permet de l’alléger durablement. Le partage, c’est la clé.

Pour toutes les astuces pratiques sur l’organisation administrative, c’est ici ! 


Dessin d'un trait d'un dossier contenant des papiers

Envie de mieux gérer votre paperasse, repartir sur de bonnes bases ? J’arrive.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Organisation familiale, Tri & désencombrement

Se simplifier les ventes en ligne

Ça y est, vous avez fait du tri, vous avez désencombré votre maison, une pièce, ou même juste un meuble, seul.e ou accompagné.e d’ un.e professionnel.le. Alors déjà, bravo. Il ne reste plus qu’à vendre les objets que vous ne voulez pas donner.  Et là, c’est le drame. Je le sais par expérience, cette tache peut s’avérer intimidante. Elle demande surtout du temps, de l’attention et de l’énergie. Voici donc les conseils que j’aurai aimé recevoir pour se simplifier la vie lors de ce processus de vente.   

Avant de commencer, vous verrez qu’à la fin de l’article vous pourrez me laisser votre adresse mail et je vous envoie mon kit de survie des ventes en ligne qui contient une annonce type, des modèles de messages de confirmation ainsi qu’un tableau de suivi des ventes. J’ai pensé à vous ! 

Groupez vos taches 

Que ce soit pour prendre les photos de vos objets, rédiger les annonces, les mettre en ligne, répondre aux messages, ou envoyer les articles par la poste, regroupez vos taches, ne faites pas les choses article par article. Vous gagnerez un temps précieux.  Le groupement de tâches est l’outil de base pour être plus efficace. 

Notez tout et en un seul endroit 

Trouvez un endroit où noter la progression de vos ventes. Que ce soit un outil en ligne simple comme celui que j’ai créé , un calepin, ou une note sur votre téléphone, écrivez tout au risque de de vous y perdre, et d’alourdir votre charge mentale. Cela vous évitera aussi de perdre du temps à chercher dans vos messages et dans vos multiples annonces pour vous souvenir de ce qui est en vente, sur quelle plateforme, à quel prix, de ce qui a été vendu et doit être récupéré ou posté, quel moyen de paiement, etc. 

Soignez ses annonces 

Vous n’avez pas envie de passer votre temps à répondre aux questions d’acheteurs potentiels (à moins que ce soit un truc que vous adorez faire, je ne juge pas!). Donc pensez à tout inclure : dimensions, état, moyen de paiement, mode de livraison, si les choses se vendent séparément, etc.  

Multipliez les photos 

Non seulement il est mieux d’inclure le plus de photos possibles de votre article dans l’annonce, mais pensez à inclure également des photos des étiquettes qui donnent beaucoup d’informations. Et surtout, ajoutez les dimensions DIRECTEMENT sur les photos (en retouchant l’image ou en les écrivant sur un papier visible à côté de l’article si vous ne savez pas retoucher les photos), car même si vous les mettez en description, certaines personnes beaucoup ne lisent pas correctement les annonces (pas nous bien entendu)

Faites le lien entre vos annonces 

Si vous vendez plusieurs articles, indiquez-le dans vos annonces. Surtout si vous vendez des articles à récupérer directement chez vous, les gens préfèrent se déplacer pour plusieurs objets, ou ne recevoir qu’un seul colis et cela accélèrera vos ventes.  

Préparez votre communication 

Une fois la vente effectuée, je vous conseille de préparer des messages types à destination de vos acheteurs. Les emails type sont un gain de temps incroyable car vous êtes sûre de ne rien oublier et vous évitez les échanges multiples d’emails entre vous et vos acheteurs.  

Vendez vite, vendez au bon prix.  

Si l’on parle de désencombrement, une bonne vente est une vente rapide. Plus vous mettrez de temps à vous défaire de vos objets, plus vous vivez avec et acceptez à nouveau d’avoir du bazar chez vous.  

Déléguez 

Si vous n’avez pas le temps, le courage, ou tout simplement l’envie de mettre des objets en vente, faites appel à vos proches pour déléguer une partie (la prise de photo, la mise en ligne des annonces par exemple) ou même l’entièreté du processus. Si votre fille ou votre petit-fils est plus à l’aise que vous dans ce domaine, cela peut même être l’occasion de se faire de l’argent poche, en se faisant reverser un pourcentage des ventes par exemple. Ils.elles seront en plus ravi.e.s de vous venir en aide.  

Et voilà! Bonnes ventes ! Laissez-moi votre mail si vous voulez recevoir mes modèles 😉 


Je souhaite recevoir le pack gratuit de vente en ligne avec annonces et e-mails types et tableau de suivi.

Vous vous sentez capable de désencombrer seul.e mais ne savez pas par où commencer ni quelle méthode suivre ? Faites un tour par mon offre « c’est grave docteur ». Je réalise un diagnostic et un plan d’action rien que pour vous.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Tri & désencombrement

Désencombrer une fois pour toutes

Avec une dizaine de déménagements dans ma vie d’adulte à mon actif, des tris, j’en ai fait…bah au moins une dizaine du coup (oui, je suis assez douée en maths). Mais clairement, si au bout du 9ème tri j’ai eu besoin d’en faire un dixième, c’est que je ratais forcément un truc à chaque fois. Et maintenant que j’ai vaincu le monstre de l’encombrement (bon, et que je suis formée sur le sujet aussi, ça aide…), j’ai compris pourquoi le dernier tri a été le bon. Voilà donc mes secrets d’un tri durable.

Je ne range pas, je réduis

Parce que oui, avant, mon tri ressemblait plus aux chaises musicales : je prenais un objet, je le changeais de place, et de temps en temps je me séparais d’un truc. Mais selon l’expression consacrée, “le bazar ça ne se range pas, ça s’élimine”. Une fois qu’on a vraiment compris ça, on a pu passer à l’étape supérieure et vraiment désencombrer durablement.

Je ne trie pas, je désencombre

Alors oui, je joue sur les mots, mais la différence est importante. Quand on tri, on se sépare souvent des choses cassées, ou que l’on utilise moins. Mais pour un vrai désencombrement il faut aller plus loin au risque de se retrouver encombré.e à nouveau. Le tri, c’est se séparer de ce qu’on ne veut plus.  Le désencombrement, c’est la volonté de garder l’essentiel.

Je m’interroge sur mes usages, et non l’objet que j’ai en main

Garder l’essentiel c’est se poser de vraies questions sur nos habitudes, nos modes de vie, et chercher des alternatives à la possession de certains objets. C’est dire au revoir au “au cas où”, aux doublons ou même aux objets non identiques mais qui remplissent une fonction similaire. C’est des fois se séparer d’objets qu’on aime mais qui n’ont plus d’utilité. C’est privilégier l’usage à la propriété. Avec cet état d’esprit, on va beaucoup plus loin, et on ne se laisse pas aussi facilement envahir (surtout quand on a vu à quel point notre vie est plus simple avec moins).

Je maîtrise les flux d’entrée

C’est le terme technique pour dire que l’on fait attention à ce qui rentre dans la maison (ça fait plus classe dit comme ça).Non seulement ce que l’on achète, mais aussi ce qui essaie de passer le pas de la porte malgré nos efforts : les échantillons gratuits, les cadeaux, les créations des enfants. Pour tout objet qui rentre, on en fait sortir 2 (il y a toujours un stylo qui ne fonctionne pas ou un vêtement abîmé). On refuse les échantillons (c’est rigolo de dire non à un truc gratuit, essayez je vous le conseille), on demande des cadeaux immatériels comme des sorties au lieu d’objets (même pour les enfants), on défini une date de péremption sur toutes les créations des enfants avec eux (une semaine pour une carte de fête des mères par exemple).

Le vrai secret d’un tri durable au final pour nous a été d’en apprécier les bénéfices. Lorsque l’on voit qu’avec moins d’objets autour de nous on passe moins de temps à s’occuper de la maison, du ménage, du linge pour ne citer qu’eux, et que l’on a plus de temps à passer avec les enfants, à faire du sport, à voir des amis ou juste à ne rien faire. Il n’y a pas vraiment de machine arrière possible et on ne se laisse plus envahir.


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Tri & désencombrement

Notre ami le tri – Edition vêtements

Les résultats sont tombés après des années de recherches scientifiques : plus on a de vêtements, moins on a l’impression d’en avoir. Que celle qui n’a jamais regardé son dressing dégoulinant de vêtements en expirant « je n’ai rien à me mettre” me lance le premier haut Zara. Jusqu’à il y encore 2 ans (à une vache près, j’ai une mémoire sélective qui ne retient que les paroles de jingles de pubs des années 90) c’était mon cas. Le constat était le même tous les matins, je ne savais pas comment m’habiller, et je portais toujours la même chose malgré une armoire ET une grande commode pleine à craquer. Aujourd’hui tous mes vêtements (toutes saisons confondues) tiennent dans 4 tiroirs (2 grands et 2 petits), je mets 30 secondes à m’habiller, et j’aime et me sens bien tout ce que je porte. Voilà comment j’ai fait, et surtout comment j’arrive à ne pas combler en moins de 6 mois le vide que j’ai créé.  

Le tri initial 

J’ai commencé par le facile : tous les vêtements que j’ai trop vu (mais si, le pull se lequel on a flashé en vacances, qui va avec tout et qu’on a sur toutes les photos des 2 dernières années mais qui bouloche un peu de partout si on regarde bien).  

Puis je me suis attaquée aux vêtements abimés, que j’ai mis en deux catégories : 

  • Ceux qu’on ne peut pas réparer (celui avec la tache de gras/d’eau de javel qui ne part jamais mais qu’on garde parce que sous un pull ça ne se voit pas…dites-moi que je ne suis pas la seule à faire ça !) ; facile, j’ai tout jeté. 
  • Ceux qui sont réparables : l’ourlet à faire, le bouton à remettre, etc. Là j’ai décidé d’arrêter de me mentir (au revoir douces illusions de femme parfaite). Si cela faisait plus de 3 mois que je ne l’avais pas réparé, ce vêtement ne me manquait pas, je n’allais clairement jamais le réparer, donc à la benne. Il y a un seul haut que je n’ai pas réussi à jeter auquel il manquait un bouton, je me suis donc arrêtée et je l’ai recousu tout de suite (la peur de ma propre menace a fonctionné, quelle femme d’influence je suis !)

J’ai continué par la catégorie préférée de toutes les femmes : les vêtements qui ne m’allaient plus, dans lesquels je ne me sentais pas bien ou qui ne me mettaient clairement pas en valeur mais dans lesquels je pensais un jour re-rentrer. Parce que oui, comme dirait Doc sur Fun radio (tout même tu sais), “le corps change” après trois enfants.  Pour rester poétique on dira que j’ai toujours à peu près le même matos, mais qu’il n’est plus rangé au même endroit dans l’atelier. Et là c’est dingue ce qu’on peut se mentir pour garder l’illusion qu’on peut encore récupérer un corps que l’on n’a plus. Franchement, si un jour je récupère mes abdos, je n’aurai pas envie de remettre des vielles fringues de toute façon, donc on donne (spoiler alert, le crop-top n’est toujours pas d’actualité).  

J’ai fini par la catégorie la plus dure pour moi : Les vêtements que l’on m’a donnés. Je me suis vraiment demandé pourquoi cette catégorie était si difficile pour moi, et voilà ma conclusion. J’associe totalement le vêtement avec la personne qui me l’offre ou mieux me le donne. Et comme à l’époque de ce tri j’habitais à 12,000 km de mes proches, l’importance de ces vêtements était décuplée car je voulais me sentir proche de ceux que j’aime. Une fois cette prise de conscience faite, j’ai pu trier ces vêtements facilement en utilisant les catégories ci-dessus, sans me sentir coupable. Je n’ai pas besoin de porter ou voir la robe de ma sœur dans mon armoire pour penser à elle.   

Je ne sais plus de combien de vêtements je me suis débarrassée ce jour-là, mais c’était assez impressionnant. Mais j’ai eu envie d’aller encore plus loin, car je voyais bien que je ne portais toujours pas tous mes vêtements. J’ai donc fait comme Hermione dans Harry Potter, j’ai filé à la bibliothèque (true story) j’ai lu des bouquins sur le sujet (oui, il en a !), découvert des choses comme le project 333, et j’ai affiné.  

Passer la seconde 

Ce deuxième tri s’est fait sur la longueur, pas en une fois. Petit à petit, au rythme d’un ou deux vêtements par semaine, je me suis débarrassée des catégories suivantes : 

  • Les vêtements chiants à entretenir – exit les nettoyages à sec, les lavages délicats, ceux qui ont besoin d’être bien repassés pour ressembler à quelque chose (je n’ai d’ailleurs plus de fer à repasser).
  • Les vêtements solitaires – les bas qui ne vont qu’avec une seule paire de chaussures, les hauts qui ne vont qu’avec un seul pantalon, vous voyez le truc. 
  • Les vêtements en binômes – les hauts que l’on doit mettre avec un truc en dessous, les jupes/robes qui demandent à porter une combinaison, etc.  
  • Les doublons – je ne peux mettre qu’un seul jean brut à la fois, pourquoi en garder 3 ou 4 ? Est-ce que j’ai vraiment besoin de 3 chemises à carreaux du même style ? La réponse étant non pour moi, je n’ai gardé qu’un exemplaire de chaque.  

Continuer son effort 

Pour ne pas retomber dans mes travers, la règle est la suivante : Pour chaque nouveau vêtement qui rentre, il y en a un qui sort. Simple, efficace. 

Et régulièrement, je mets le nez dedans pour voir s’il y a des pièces qui n’ont plus rien à faire dans mon dressing (je dis dressing pour me la raconter, c’est une commode en bois achetée sur marketplace). 

Conclusion 

Mais pourquoi je n’ai pas fait ça avant ! Je n’y ai trouvé que des avantages : 

  • J’ai multiplié le nombre de tenues – Mes hauts vont avec les ¾ de mes bas et vice versa, et non, je ne m’habille pas qu’en noir, 
  • J’ai plus de place dans ma chambre car je n’ai plus qu’une seule commode (pour mes vêtements ET ceux de mon mari), 
  • Je mets 30 secondes à m’habiller le matin, 
  • Je ne me sens plus coupable en voyant des vêtements abimés, ou qui ne me vont plus, 
  • Je suis satisfaite de ce que j’ai. 
  • Je sais exactement ce que j’ai comme vêtement donc je n’achète plus de doublons ni de vêtements qui ne vont avec rien.

Et vous, vous avez des trucs pour garder le contrôle sur votre garde-robe ? 


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Recevoir les nouveaux articles dans sa boite mail