Délégation & Autonomie des enfants, Organisation du quotidien

Desinvibiliser le travail domestique

Nos sociétés ont un peu évoluées ces dernières années en ce qui concerne le partage de la charge mentale. Déja, on sait toutes ce que c’est. Beaucoup de mamans  se sont reconnues dans la célèbre BD d’Emma de 2017  “fallait demander”. Si tu n’as pas lu cette BD, je te laisse 10 minutes pour le faire, mais tu reviens tout de suite après okay ? Et si cette prise de conscience a permis d’entamer une discussion au sein du couple et de la famille, pour beaucoup la discussion s’est soldée par l’une de ces deux choses :

  • Une prise de conscience mais sans changements durables
  • Un déni de la situation  et donc aucun changement

Je pourrais parler du premier point pendant longtemps, et j’ai même créé des outils et tout un programme pour accompagner les familles dans une meilleure gestion de leur temps et la mise en place d’un vrai partage des tâches et des responsabilités. Je parle longuement de ce sujet dans cet article.

Ici c’est du deuxième cas de figure dont je voudrais parler. Je n’ai pas (encore) de baguette magique, mais une réflexion personnelle à partager qui pourrait peut-être aider. Nous les mamans sommes souvent amenées à rationaliser notre temps, à faire plusieurs choses à la fois pour faire tourner la maison et la famille.

Le travail invisible

De fait, dans notre envie de faire avancer les choses d’une case tous les jours, nous effectuons de nombreuses taches de manière totalement invisible. Voici quelques exemples:

  • Lancer une machine quand les enfants sont sous la douche ou que notre conjoint.e s’en occupe
  • Faire à manger quand toute la famille fait autre chose
  • Commander les courses en ligne sur la pause de midi
  • Faire les courses sur le chemin de la maison
  • Étendre la lessive avant de se coucher quand tout le monde est au lit
  • Prendre les rendez-vous médicaux quand personne n’est dans les parages
  • Faire le ménage pendant la sieste, ou quand notre conjoint.e n’est pas là

La liste est longue. Pensez à tout ce que vous faites en mode furtif soit pour optimiser votre temps, soit par dépit du manque d’investissement de la famille, soit par obligation car vous en avez tellement à faire que vos options sont limitées.

Le coût du travail invisible

Cette organisation peut malheureusement avoir un coût. Certaines tâches deviennent invisibles et la famille pense que le panier à linge est magique et absorbe les vêtements sales puis les recache propres et pliés dans l’armoire (si vous avez un panier comme ça, faite moi signe par contre). Et si personne ne voit ce que l’on fait, la prise de conscience est plus compliquée. Attention, je ne trouve pas d’excuses aux personnes qui se dédouanent de leurs responsabilités et préfèrent ne pas voir et ce n’est sûrement pas la faute des mamans si elles sont obligées d’adopter ce mode furtif.

Pour qu’une situation change, il faut commencer par la rendre visible avant de trouver des solutions pour y remédier. Laissez moi vous donner un exemple parlant : Si je suis invisible aux yeux de Bradley Cooper, il ne peut pas se rendre compte que je suis la femme qu’il lui faut; alors que si il me voyait j’aurais déjà plus de chances de changer sa situation amoureuse. Vous voyez le truc ?

Désinvisibiliser le travail

Désinvisibiliser notre travail consiste simplement à mettre en valeur ce travail invisible. Cela peut-être aussi simple que de parler en plus de détails de sa journée lors du repas familial (ce midi j’ai pris rendez-vous chez le docteur/j’ai fait les courses pour toute la famille). Cela peut-être dire à ses enfants “pendant que vous vous mettez en pyjama, moi je vais étendre une lessive pour que vous ayez des choses propres à vous mettre demain”.

Cette étape de mise en valeur facilitera une prise de conscience, étape indispensable avant de pouvoir rééquilibrer la situation. Cela révèle aussi aux enfants toutes les choses qu’ils vont devoir assimiler au fil des années pour devenir des personnes capables et indépendantes.

Donc si tu te reconnais dans ce portrait de femme en mode furtif, je t’invite à te montrer et à mettre en avant ta contribution pour le bon fonctionnement de la famille. C’est un bon début, et il faut commencer quelque part. Parce que si l’on ne change rien, rien ne changera.  


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Tri & désencombrement

L’effet domino – Par où commencer dans mon tri ?

Bon, d’accord, je le conçois, désencombrer n’est pas toujours une partie de plaisir. Bien sûr on sait qu’une fois qu’on l’aura fait on se sentira plus légère et soulagée, mais quand la maison déborde, c’est souvent de s’y mettre qui est difficile. La question qui me revient le plus souvent est : “mais pas où je commence” ? La réponse est souvent : ben ça dépend. Mais comme je commence à vous connaître et que vous vous attendez à mieux, je vais vous donner quelques cas de figure.

Si vous avez encore un peu de place dans vos placards

Là, il n’y a pas vraiment de mauvais endroit pour commencer. Le plus important est de s’y mettre. Je vous conseille de choisir une pièce ou il y a beaucoup de passage, dont tout le monde profite. Commencez par le meuble à gauche en entrant dans la pièce, et triez-le étagère par étagère, ou tiroir par tiroir, en commençant par le haut, et en descendant petit à petit. Une fois les objets de ce meuble sortis et triés par catégories (à garder, à stocker dans un autre endroit, à donner, à vendre, à jeter), vous vous attaquez au meuble suivant. Et ainsi de suite.

Si vous avez du mal avec les objets sentimentaux


Le tri c’est un muscle, et il faut l’exercer. Si vous avez du mal avec les objets sentimentaux mais que vous savez qu’il va falloir s’en séparer d’un certain nombre pour atteindre vos objectifs de tri (peut-être que vous déménagez par exemple), commencez alors par une pièce qui n’en a pas trop. Je vous conseille de commencer par la salle de bain par exemple, ou la cuisine. Les vêtements sont aussi un bon début car on peut appliquer beaucoup de critères de tri objectifs (je ne garde que ce qui est à ma taille, en bon état et que j’ai mis ces ¾ derniers mois par exemple). Si les vêtements sont pour vous des objets sentimentaux, ne commencez-donc pas par cela. 

Si votre maison souffre de l’effet domino

L’effet domino c’est quand une pièce devient tellement encombrée que ce qui devrait s’y trouver à l’origine déborde dans les autres pièces. Les autres pièces débordent donc à leur tour, et ce qui devait s’y trouver trouve place ailleurs. Et ainsi de suite. Généralement cela commence avec une catégorie d’objets qui fini par prendre trop de place.

Si vous avez une ou plusieurs catégorie d’objets dans plusieurs pièces (comme des jouets, des vêtements, des livres, etc), commencez par réfléchir à l’endroit où vous souhaiteriez tous les regrouper une fois que vous les aurez triés. C’est par cette pièce là qu’il faudra commencer. Créez d’abord la place, ensuite triez la catégorie en question, puis rangez tout bien comme il faut. 

Quelle que soit votre problématique, allez à votre rythme. Pas besoin de vous épuiser, un meuble ou un tiroir par jour/semaine, c’est bien aussi ! Le principal c’est de s’y mettre.


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Tri & désencombrement

Les bénéfices du tri chez les séniors

Faire le tri est une chose. Désencombrer sa maison après plusieurs décennies d’accumulation en est une autre. Si vous êtes dans votre maison depuis plusieurs décennies vous avez eu du temps d’accumuler. Il y a tout d’abord ce que VOUS avez acheté au fil des années, puis ce que l’on vous a donné, ce que vos enfants ont laissé chez vous (joie de la parentalité!), et peut-être même ce que vous avez hérité. Vous vous êtes peut-être habitués à ce surplus, avez peur de vous séparer d’objets sentimentaux, ne savez pas par où commencer, ou n’en avez pas l’énergie de vous lancer dans un désencombrement. Si vous manquez de motivation, laissez-moi 2 minutes pour vous exposer les bénéfices d’un tel travail de tri, vous pourrez me dire à la fin si cela a fonctionné (pression!!).

Réinvestir son espace

Désencombrer permet de rendre  envisageable un réagencement ou des travaux de rafraichissement et en facilitera l’exécution éventuelle car vous aurez de la place pour déplacer les meubles ou les stocker dans une pièce en attendant la fin des travaux. Vous vous offrez l’occasion de vraiment faire le point sur ce que vous aimez chez vous ou non, et ouvrez la porte à de nouvelles possibilités pour vous sentir bien chez vous. 

Adapter son espace à de nouveaux besoins

Une maison doit s’adapter à ses occupants, il en va de même pour ce qu’elle contient. Si vos petits-enfants ne sont plus en bas-âge vous n’avez peut-être plus besoin de tout ce matériel que vous entreposez dans des placards. Vous avez peut-être un nouveau hobby qui vous demande du matériel et de la place. Bref, il est temps de repenser la manière dont vous vivez votre maison, et donc ce qu’il y a dedans, pour en profiter pleinement. 

Favoriser l’autonomie

Moins on a de choses chez soi, plus la maison est facile à entretenir seul.e, et moins il y a de risque que de chutes d’objets, ou de chutes tout court d’ailleurs. C’est mathématique ! L’espace allégé devient plus facile à vivre et à circuler, donc plus sûr. Votre autonomie en sera prolongée. 

Continuer à penser à l’avenir

Des projets, on en a toute sa vie. En tout cas, on devrait non ? Si être entouré de souvenirs fait du bien, être entouré de trop de souvenirs peut nous retenir dans le passé, nous emmener sur le terrain de la nostalgie ou bien ralentir un processus de deuil. Pas facile d’avancer lorsque l’on est entouré d’objets ou de meubles qui nous rappellent en permanence un être cher. N’oublions pas que les souvenirs sont en nous, non dans les objets, et que les souvenirs font surface quoi qu’il arrive. Pas besoin de forcer ces souvenirs des que l’on pousse la porte d’entrée de sa maison. 

Préparer l’avenir

Les accidents de la vie, la perte d’indépendance, ce sont des choses qui peuvent arriver. Passer d’un 120m2  à un 30m2 en quelques semaines pour raison médicale n’est pas chose aisée et se séparer d’objets ou de meubles dans ces conditions là peut etre traumatisant. Alors autant faire un vrai désencombrement lorsque l’on a le temps et l’énergie de le faire. Votre futur vous vous remerciera. 

Aider ses enfants

Non, nous ne sommes pas éternels, et viendra un jour où ce sera à nos enfants de disposer de nos affaires. Pas facile pour eux de savoir quoi garder, donner, ou jeter, ils auront peut-être peur de trahir votre mémoire. Ce processus engendre également bien souvent des conflits au sein des familles endeuillées. Se débarrasser du superflu de son vivant, c’est aussi rendre service à la génération d’après. Non seulement ils n’auront pas tout ce travail à faire alors qu’ils sont endeuillés, mais ils sauront d’un coup d’œil ce qui a été important pour vous ou non et sauront en disposer avec l’esprit plus libre. 


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Délégation & Autonomie des enfants, Tri & désencombrement

Le lien entre tri et autonomie des enfants

Ce n’est pas un hasard si les professionnelles du tri (a.k.a Home Organisers) offrent également des services de ce que l’on appelle “organisation familiale”. En effet, une maison désencombrée est plus facile à vivre, plus simple à entretenir et à organiser. Le gain de temps et d’énergie suite à une intervention  nous permet de sortir la tête de l’eau et de revoir notre organisation quotidienne.  Mais un des bénéfices cachés du désencombrement pour les familles (même celle avec des tout petits) est sur le gain d’autonomie des enfants. Voici la liste (non exhaustive) des bénéfices du tri sur les enfants.

Développe le sens des responsabilités

Faire le tri dans leur chambre les incite à prendre des décisions et à en accepter les conséquences (est-ce que garde la poupée sans tête ?). Notre respect de leurs décisions les valorise également beaucoup. C’est aussi l’occasion de faire le point sur l’état de leurs jouets ou vêtements et les incite à continuer à en prendre soin (C’est bien Marie-Kévina, ton puzzle est complet car tu le ranges toujours après avoir joué avec, on peux le garder!)

Fait réfléchir sur ses besoins

A eux de décider s’ ils jouent toujours avec tous leurs Paw Patrols ou encore avec leur livre musical (celui dont vous avez les chansons en tête même pendant la journée de travail). Cela leur apprend à réfléchir à ce qui apporte du positif à leur vie ou non (avec l’espoir qu’ielles sauront peut-être plus facilement se débarrasser de leur chéri.e on peut être trop lourdingue plus rapidement que nous au même âge !)

Facilite le rangement de la chambre

C’est mathématique, si il y a moins de choses à ranger, c’est plus facile de le faire sans l’aide de papa ou maman. Surtout si ielles ont choisi un mode de rangement et de classement qui leur convient.

Plus d’indépendance dans la maison

Plus facile de retrouver ce dont on a besoin dans une maison désencombrée et rangée. Pas besoin de demander aux parents “ils sont ou les crayoooons” s’ ils ne sont rangés que dans un seul endroit en non éparpillés dans la pièce. Fini les “je range ou les boooooools” si chaque objet à une place fixe et facile d’accès.

Le ménage est plus simple

Plus facile pour Jean-Billy de passer l’aspirateur dans un salon désencombré, de ranger son linge dans un dressing sobre, de faire les poussières s’il n’y a pas 15 bibelots à bouger. Vous voyez l’idée. Moins on a de choses, plus les entretenir devient un jeu d’enfants. Donc par définition les enfants peuvent le faire.

En règle général, se décharger des tâches ménagères (ou juste en déléguer une partie quand on a de tout petits enfants qui ne peuvent pas assumer de tâches seul.e.s) est BEAUCOUP plus facile dans un environnement allégé.

Mon défi pour vous serait de désencombrer la chambre de votre enfant, toujours avec lui ou elle, de le laisser prendre les décisions, et si vous arrivez à vraiment alléger l’espace, vous commencerez déjà à voir les résultats sur son autonomie.


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail

Tri & désencombrement

Désencombrer une fois pour toutes

Avec une dizaine de déménagements dans ma vie d’adulte à mon actif, des tris, j’en ai fait…bah au moins une dizaine du coup (oui, je suis assez douée en maths). Mais clairement, si au bout du 9ème tri j’ai eu besoin d’en faire un dixième, c’est que je ratais forcément un truc à chaque fois. Et maintenant que j’ai vaincu le monstre de l’encombrement (bon, et que je suis formée sur le sujet aussi, ça aide…), j’ai compris pourquoi le dernier tri a été le bon. Voilà donc mes secrets d’un tri durable.

Je ne range pas, je réduis

Parce que oui, avant, mon tri ressemblait plus aux chaises musicales : je prenais un objet, je le changeais de place, et de temps en temps je me séparais d’un truc. Mais selon l’expression consacrée, “le bazar ça ne se range pas, ça s’élimine”. Une fois qu’on a vraiment compris ça, on a pu passer à l’étape supérieure et vraiment désencombrer durablement.

Je ne trie pas, je désencombre

Alors oui, je joue sur les mots, mais la différence est importante. Quand on tri, on se sépare souvent des choses cassées, ou que l’on utilise moins. Mais pour un vrai désencombrement il faut aller plus loin au risque de se retrouver encombré.e à nouveau. Le tri, c’est se séparer de ce qu’on ne veut plus.  Le désencombrement, c’est la volonté de garder l’essentiel.

Je m’interroge sur mes usages, et non l’objet que j’ai en main

Garder l’essentiel c’est se poser de vraies questions sur nos habitudes, nos modes de vie, et chercher des alternatives à la possession de certains objets. C’est dire au revoir au “au cas où”, aux doublons ou même aux objets non identiques mais qui remplissent une fonction similaire. C’est des fois se séparer d’objets qu’on aime mais qui n’ont plus d’utilité. C’est privilégier l’usage à la propriété. Avec cet état d’esprit, on va beaucoup plus loin, et on ne se laisse pas aussi facilement envahir (surtout quand on a vu à quel point notre vie est plus simple avec moins).

Je maîtrise les flux d’entrée

C’est le terme technique pour dire que l’on fait attention à ce qui rentre dans la maison (ça fait plus classe dit comme ça).Non seulement ce que l’on achète, mais aussi ce qui essaie de passer le pas de la porte malgré nos efforts : les échantillons gratuits, les cadeaux, les créations des enfants. Pour tout objet qui rentre, on en fait sortir 2 (il y a toujours un stylo qui ne fonctionne pas ou un vêtement abîmé). On refuse les échantillons (c’est rigolo de dire non à un truc gratuit, essayez je vous le conseille), on demande des cadeaux immatériels comme des sorties au lieu d’objets (même pour les enfants), on défini une date de péremption sur toutes les créations des enfants avec eux (une semaine pour une carte de fête des mères par exemple).

Le vrai secret d’un tri durable au final pour nous a été d’en apprécier les bénéfices. Lorsque l’on voit qu’avec moins d’objets autour de nous on passe moins de temps à s’occuper de la maison, du ménage, du linge pour ne citer qu’eux, et que l’on a plus de temps à passer avec les enfants, à faire du sport, à voir des amis ou juste à ne rien faire. Il n’y a pas vraiment de machine arrière possible et on ne se laisse plus envahir.


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Recevez les nouveaux articles dans votre boite mail


Tri & désencombrement

Désencombrer sa cave ou son grenier

La cave, le garage, le grenier, l’abris, appelez-le comme vous voulez, la plupart d’entre nous en ont un. Imaginez maintenant que vous deviez déménager dans 1 mois. Alors, elles arrivent les plaques rien qu’à l’idée de faire le tri et d’emballer tous ce qu’il y a dans cette pièce de stockage ? Je vous comprends, j’ai dû faire face à cette monstruosité 3 fois en 7 ans. Et la première fois, qui a été la pire en termes de volume et de timing, a été comment dire…on va dire que mon mari doit m’aimer très fort pour ne pas m’avoir quitté à ce moment-là. Pas facile nous dirons !

Avec le recul, l’expérience (et aussi ma formation professionnelle), j’ai enfin compris pourquoi ce premier tri a été si horrible. Déjà, et surtout, à cause du volume. Une maison avec un sous-sol de 100m2, il y a de quoi en mettre des choses. Et croyez-moi, c’était plein comme un œuf (c’était bien avant notre virage minimaliste, peut-être aussi une des raisons de ce virage). Ensuite à cause du contenu de ce sous-sol : du surplus, du “au cas où”, des souvenirs, des choses qui “ont de la valeurs” (mouhahah, spoiler alert, non). Le tri s’est fait dans l’urgence (avec un déménagement à l’international qui pointait le bout de son nez dans les 2 mois après le feu vert), et surtout dans la douleur. Voilà les leçons que j’ai apprises et que j’aurais aimé connaitre avant de nous lancer dans ce premier tri.

Leçon numéro un – Le “au cas où” n’arrive jamais

Et non. Je n’ai jamais regretté quoi que ce soit que nous ayons jeté, donné ou vendu. Nous ne nous sommes jamais retrouvés dans une situation où nous nous sommes retrouvés bloqué ou ruiné à cause du manque d’un objet que l’on n’aurait plus. 100m2 de “au cas où”, c’est ça qui m’a couté en stockage (il a fallu en acheter des étagères), en efforts (pour tout caser, chercher les choses, puis s’en débarrasser ou les emballer le moment venu) et larmes (littéralement, des larmes).

Morale de l’histoire : fini les au cas où. Si je peux me faire prêter un objet “au cas où”, le louer ou bien le remplacer en moins de 20 minutes pour moins de 20 francs (ou euros), je ne garde pas. Nous vivons comme si nous devions déménager demain. Plus d’accumulation, une cave quasi vide avec juste le matériel de ski, les valises et les pneus d’hivers ou d’été. C’est tout ! Mais quel soulagement, je le souhaite à tout le monde (même à mon pire ennemi, je suis gentille).

Leçon numéro deux – il n’y a pas de trésors cachés

Que ce soit chez moi ou bien chez les gens chez qui j’ai désencombré, il n’y a pas de trésors cachés. On peut trier sans craintes.

Leçon numéro trois – valeurs à nos yeux ne veux pas dire valeur marchande

Nous nous sommes épuisés à vouloir vendre des choses qui n’en valait pas la peine, et j’ai passé trop de temps à vouloir “vendre bien” des choses qui certes, coûtent chères neuves, mais dont la valeur sera toujours celle que les acheteurs veulent bien lui donner. Une table, c’est moins de 100 (francs, euros, dollars NZ, ça marche pour les 3). Oui, même en meurisier. Donner c’est mieux que vendre, vendre vite c’est mieux que vendre mieux (en termes de non-arrachage de cheveux et de temps passé dessus).

Leçon numéro quatre- les souvenirs sont en nous, pas dans les objets

Je me suis torturée en ne sachant pas quoi donner ou jeter. Et pourtant, ces choses-là étaient dans des cartons, dans ma cave.  Si je ne les regarde pas, autant leur donner une seconde vie. Les souvenirs vivent en nous, pas dans les objets. Si l’objet part, je n’oublie pas pour autant la personne. Et si j’ai besoin d’un objet pour me souvenir de quelqu’un ou de quelque chose, est-ce vraiment important ? Ma tête n’a pas besoin d’être pas l’intégrale de la carrière des Beatles, juste le best of (je ne suis pas fan des Beatles mais c’est pour illustrer).

Leçon numéro cinq – Moins on en a, plus on est libre

Depuis que nous n’avons plus de surplus, on se sent tellement plus légers. La gestion du quotidien est assez compliquée comme ça par moment, pas besoin en plus de gérer les stocks. Notre cave actuelle contient les skis, les pneus hors saison et les valises. C’est tout.

Faire le tri ce n’est pas se débarrasser de tout, c’est choisir de ne garder le meilleur. Vive les best-of.


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Tri & désencombrement

Nos amis les objets sentimentaux

Ce sont les objets les plus difficiles à trier. Mais avec les années, ces objets s’accumulent, nos goûts et mode de vie changent, et nous sommes régulièrement confrontés à leur tri (voir tous les jours quand vos enfants vous offrent des dessins tous les jours comme si c’étaient des Picasso). 

Je vous résume ici les stratégies que j’ai lues et adoptées pour me guider dans mon choix lors ce que je suis confrontée à un tel objet. Je ne sais plus qui a dit quoi dans quel livre (je mélange déjà le prénom de mes fils alors bon), je vous recommande de tous les lire pour être sûr.e. 

S’interroger sur la raison d’être de l’objet 

Pourquoi ma grand-mère m’a envoyé cette carte d’anniversaire le jour de mes 10 ans ? Pour que je la relise 30 ans après, ou pour me dire qu’elle pense à moi le jour en question ?  
 
Le plaisir procuré par ce bonhomme en pâte réside-t-il dans sa fabrication, ou bien dans son exposition ? Beaucoup de créations d’enfants sont faites pour développer leur sens artistique, leur motricité, etc. Le but n’est pas de l’afficher sur le frigo ou le garder dans une boite forever.  

Se demander pour QUI on garde cet objet 

Pour faire plaisir à tatie quand elle vient rendre visite ? Que se passe-t-il s’il n’est plus là la prochaine fois ?  
 
Pour les enfants plus tard ? Ne pas confondre nos souvenirs de leur enfance avec LEURS souvenirs d’enfance (Descartes, sors de ce corps). On peut laisser les enfants choisir leurs souvenirs, et ne pas imposer les nôtres. Je n’ai pas envie de les encombrer avec mes souvenirs, ils auront assez des leurs.  
 

Se demander si l’on peut activer les souvenirs autrement 

Le but d’un objet sentimental est de réactiver un souvenir. Mais ont peut penser à des manières de réactiver le souvenir, sans garder l’objet. Les enfants se sont pris en photo avec certains de leurs jouets avant de les donner. La photo réactivera le souvenir aussi bien que l’objet lui-même. Et si la photo défile sur l’ordinateur, le souvenir sera réactivé plus souvent que si le jouet est gardé dans le grenier (et si vous avez regardé Toy Story, vous saurez que les jouets sont tristes quand on ne joue pas avec). 

Regarder si je n’ai pas un “doublon sentimental” 

Si j’ai envie de me souvenir de mes soirées d’adolescence (j’aime me souvenir des grands moments de gênance, j’ai l’impression d’avoir fait des progrès dans ma vie), ais-je vraiment besoin d’avoir 200 photos floues et surexposées ? Deux ou trois ne suffisent-elles pas à me replonger dans les souvenirs de camping-bières-tièdes ?  

J’habite loin de ma famille. Ais-je besoin d’avoir leurs photos, leurs cadeaux ou autres souvenirs en nombre dans toutes les pièces ? Je ne penserai pas moins à eux si je ne garde qu’une photo dans l’entrée. 

Si j’ai le choix entre garder un objet purement décoratif ou bien un objet utile pour me rappeler un endroit, un moment ou une personne, je garde l’objet pratique. Pas besoin d’avoir 3 fois le même souvenir sous 3 formes différentes.  

Détourner l’objet pour garder le souvenir, sans stocker l’objet dans un placard 

Les enfants ont transformé quelques vêtements fétiches en peluches de leur création. Ils ont appris à se servir de la machine à coudre, ont un objet qu’ils adorent, et moi cela me fait penser à quand ils étaient petits et mignons #lestempschangent. On peut faire la même chose avec plein de vêtements, en faire des coussins, des tissus d’emballage de cadeaux, etc. 

On peut laminer des cartes, des dessins, et en faire des sets de table, ou bien en faire un collage géant, l’encadrer et l’utiliser ne décoration dans la chambre des enfants (belle idée, je rend à ma soeur ce qui appartient à ma soeur). On peut utiliser un vieux plateau comme vide poche sur le meuble de l’entrée.  

Avec un peu d’imagination, il y a mille et une manière de garder sans condamner les objets dans une boite ou un placard.  

S’interroger sur les sentiments liés à se souvenir 


Tous les souvenirs ne sont pas forcément 100% positif. On garde certaines choses par loyauté, pour faire honneur aux personnes, souvent les personnes disparues. On ne veut pas les oublier, et c’est normal. Au décès de mon grand-père, je n’ai demandé qu’une ou deux choses, qui me rappelle de bons souvenirs. Je serais incapable d’être apaisée chez moi si j’étais entourée d’objets qui me rappelle mon grand-père dans toutes les pièces. Le tableau dans mon salon me fait penser à lui tous les jours, sans être submergée par un deuil dur à faire.  

Je vous laisse avec une réflexion (je crois de The Minimalists). Les souvenirs ne résident pas dans les objets, ils résident en nous.  


Livres qui pourraients vous interesser et qui me guident tous les jours

« Le grand débarras », Nagisa Tatsumi
« A year of less », Cait Flaunders
« La magie du rangement », Marie Kondo
« Le minimalisme au quotidien », Joshua Fields Milburn
« Aimer les gens, utiliser les choses », Joshua Fields Milburn, Ryan Nicodemus


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Organisation du quotidien, Organisation familiale

Notre ami le gain de temps

“Il n’y a jamais assez d’heures dans la journée », « les journées ne sont pas extensibles”, “on court toujours après le temps”, tant d’expressions que nous entendons régulièrement et que nous pouvons même parfois prononcer. Et le problème quand on a la tête dans le seau, c’est qu’il est difficile de trouver des solutions par soi-même pour retrouver ce temps « perdu ».

Comme je suis une personne gentille (il y a eu un vote, je vous jure que c’est vrai), j’ai voulu partager avec vous quelques petites choses que l’on peut faire rapidement pour gagner du temps dès cette semaine (ou la semaine prochaine, no pressure).  

Grouper les tâches 

La base. Pourquoi faire les choses 10 fois quand on peut les faire une seule ? Voilà les tâches que nous groupons chez nous pour gagner du temps : 

  • La planification des menus : on se prend la tête une fois par semaine au lieu de réfléchir tous les jours à ce que l’on peut faire à manger.
  • Les courses : toujours le même jour dans la semaine, pas d’aller-retours journaliers à la superette du coin (sauf quand stratégiquement j’ai besoin de m’éloigner des enfants!).
  • Les découpes : Certain.e.s font du batch cooking, on a essayé pendant un moment, mais ça n’a pas pris. Oui on gagne du temps la semaine, mais cela prenait trop de temps sur notre week-end. Donc on fait du batch couping (I am bilingue you know)! Beaucoup plus rapide, et GROS gain de temps la semaine. On fait juste les découpes des légumes à l’avance et on met dans des boites. Bonus, on a moins besoin de sortir pour aller au compost vu que toutes les épluchures sont évacuées d’un coup.  
  • Le ménage : une fois par semaine, le dimanche. Je parle du gros ménage sols/poussières, pas de mettre un coup rapide sur les éviers, plan de travail ou toilettes (on a un minimum quand même!).
  • La paperasse/l’administratif : une fois par semaine, comme ça on ne prend pas de retard et ça prend moins de 10 minutes 

Diminuer la fréquence de certaines tâches  

  • Le bain des enfants : 3 bains à donner, ça prend du temps, quand justement on en a moins, et qu’on est fatigué.e d’une journée de travail. Alors au bout d’un moment, on a réduit. 3 fois par semaines (ou quand ils étaient sales bien entendu) c’était bien assez, et ils n’étaient pas crassous pour autant.  A partir du moment où ils ont pris leur douche seul de toute façon, le problème était réglé.
  • Les lessives : Tant qu’il n’y a pas de tâches et que ça ne sent pas, on garde les vêtements plusieurs jours. On ne met pas un t-shirt ou un short une seule journée. Quand on a trois enfants, ça diminue grandement les lessives ! 
  • L’aspirateur : avant on passait l’aspi dans la maison 2 fois par semaines. Maintenant c’est une fois. Et bien ça suffit amplement au final.

Eliminer certaines tâches  

Il y a des choses que l’on faisait, mais que l’on ne fait plus du tout, parce que ce n’est pas une priorité pour nous : 

  • Le repassage : je ne repasse RIEN. Au pire des cas, un petit coup de sèche-cheveux suffit. Alors oui, fini les hauts en lin, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle ! 
  • Le tri du linge : tous les vêtements sont mélangés et lavés à 30 degrés (du coup on fait attention à ce qu’on achète). Les serviettes et draps sont lavés ensembles à 60. Fini le sombre/clair/délicat/lavage main/pressing. 
  • Il doit y avoir d’autres choses, mais comme je ne les fais plus…j’ai oublié ! 

Et comme d’habitude, LA BASE pour gagner instantanement du temps au quotidien : le désencombrement ! Nous avons pris un virage minimaliste et ne vivons qu’avec le tiers de ce que nous avions avant le dit virage. Vous n’avez pas idée du temps que cela libère ! 

Et vous, il y a des choses qui vous prennent du temps et que vous voudriez arrêter de faire ?


Pour aller plus loin

Pour favoriser l’autonomie

Télécharge gratuitement ta liste de suggestions de tâches pour impliquer tes enfants dans la gestion de la vie domestique, dès le plus jeune âge. En gros, si tu veux qu’ils aident et que tu ne sais pas par quoi commencer, tu devrais trouver ton bonheur.

La fiche de poste des parents

Télécharge gratuitement la fiche de poste des parents. Charge mentale incluse ! Un bon outil pour mettre les choses à plat, rééquilibrer les choses à la maison et aller plus loin dans la contribution des enfants.

Besoin d’aide ?

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Des sessions seul.e ou en famille pour faire le point sur votre situation et mettre en place des outils et méthodes personnalisées et adaptées pour vous redonner du temps, du contrôle, histoire de souffler un peu tous les jours et pas juste en vacances.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Tri & désencombrement

Notre ami le tri – le tri simplifié

Echanger sur les pages insta et Facebook de Ma Famille Organisée a confirmé une chose que je savais déjà : nous ne sommes pas égaux face au tri (ce n’est pas la pire inégalité qu’il soit, je vous l’accorde). Désencombrer, faire des choix entre les choses à garder et celles dont on doit se séparer n’est pas chose facile et beaucoup ne savent pas par où commencer. Pour moi il n’y a pas de mauvaises méthodes à proprement parler. La pire des méthodes c’est de ne rien faire.

J’ai donc voulu partager avec vous la technique la plus simple que j’utilise quand je fais mon tri régulier, mais qui peut être utilisée pour se lancer dans désencombrement. Elle ne nécessite pas de prises de décisions, on se base juste sur des critères objectifs que l’on établit pré-tri.  

Le tri simplifié de la salle de bain

  • Niveau un : je me débarrasse de tout ce qui est périmé. Maquillage, médicaments, produits de beauté. C’est pas moi qui décide c’est l’étiquette qui dit que j’ai le droit monsieur l’agent ! 
  • Niveau deux : je me débarrasse des serviettes/ gants trop abimés. Si mon linge à l’air de m’appeler à l’aide je le libère de sa vie de souffrance et l’envoie vers un monde meilleur.  
  • Niveau trois : Je donne tout ce que je n’ai pas encore ouvert mais que je n’utiliserai jamais (je sais que je suis sensée faire des maques régulièrement…mais j’ai la flemme, j’oublie, et de toute façon la peau sèche c’est classe non ?). 

Le tri simplifié de la cuisine 

  • Niveau un : idem que pour la salle de bain. Si c’est périmé, c’est poubelle.  
  • Niveau deux : Je vire tout ce qui est ébréché. Au Japon il y a tout un art qui consiste à sublimer les objets ébréchés, mais on ne peut pas tout faire. Si vous avez un.e ami.e qui fait de la céramique, ou un centre de loisir pas loin, cela fera des heureux.ses ! 
  • Niveau trois : Je choisis un nombre que j’aime bien, genre 2, et je regarde si j’ai des ustensiles en plus de deux exemplaires (comme des enfants cuillères en bois, des économes, etc.). Tout ce qui est en surplus sort. 

Tri simplifié de l’entrée 

  • Niveau un : je jette toutes les chaussures trouées ou non réparables. Je donne toutes les chaussures trop petites du petit dernier.  
  • Niveau deux : Je me sépare de toutes les vestes et manteaux trops petits ou non réparables. 
  • Niveaux trois : je donne tout ce que je n’ai pas mis pendant une saison.

Tri simplifié du linge de maison 

  • Niveau un : je me sépare de tout ce qui est abimé. Ca part à la recyclerie, ou à la benne le cas échéant.  
  • Niveau deux : comme pour les ustensiles de cuisines, je choisis un chiffre en fonction de mes besoins réels en draps, torchons et serviettes de table, et si j’ai plus, je donne ceux que j’aime le moins.  

Tri des vêtements 

  • Niveau un : je me sépare de tout ce qui est abimé et non réparable, ou bien que je n’ai pas réparé depuis plus de 3 mois (si je ne l’ai pas fait en 3 mois, je ne le ferais pas).  
  • Niveau deux : je me sépare de tout ce qui ne me va plus (trop petit, trop grand, pas à l’aise, mal coupé, ne va avec rien). 
  • Niveau trois : comme pour les chaussures, si je n’ai pas mis un vêtement pendant la saison, je donne.  

Tri de la chambre des enfants 

  • Niveau un : on se sépare de tous les jouets cassés ou incomplets 
  • Niveau deux : on donne tous les jouets non adaptés à leur âge et avec lesquels ils ne jouent plus. 

Voilà ! C’est le type de tri que l’on fait régulièrement depuis notre grand désencombrement d’il y a deux ans, pour éviter de nous faire envahir à nouveau. Et ça marche ! Ça et faire attention à ce qui rentre dans la maison.  

Bonus : vous pouvez aussi vous lancer des défis : se débarrasser d’un objet par jour (allez faire un tour sur ce compte instagram il est vraiment top). Il y a aussi le challenge des 30 jours : on se sépare d’un objet le premier jour, de 2 le deuxième, et ainsi de suite jusqu’à la fin du mois (on peut tricher et faire ça en février). 


Pour aller plus loin

Pour commencer ton tri tout.e seul.e

Télécharge gratuitement ta liste d’objets à trier, pièce par pièce. « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Si tu as la référence, tu es mon genre de personne.

Si tu as besoin d’aide

Dessin d'un trait de 4 mains levées avec un coeur dans chaque paume.

Que tu aies besoin de conseils personnalisés et de motivation pour désencombrer ton intérieur efficacement, ou simplement de bras en plus pour trier avec toi et t’apprendre la méthode, j’ai le service pour toi.


Pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite mail

Organiser son travail

Nos amis les emails

En bonne fan de rangement et d’organisation (tristesse de cette phrase, je sais), je classe les gens en deux catégories. Ceux qui n’ont jamais effacé un email de leur vie de peur que la terre explose et ont une boite de réception au bord de la crise de foie, et les autres. J’ai très longtemps été dans la première catégorie. Et puis il y a plusieurs années, j’en ai eu marre de stresser à la simple vue de ma boite de réception, de ne pas savoir par où commencer dans la masse de mails, et surtout marre d’avoir l’impression que mon métier était devenue gestionnaire d’emails.  

J’ai fait des recherches, regardé des dizaines de tutos YouTube et au fil des années et des nouveautés, j’ai mis au point un système efficace qui me permet d’avoir zéro email dans ma boite à la fin de la journée (chacun son talent, certains savent chanter, moi je sais gérer une boite mail). Tant et si bien que j’ai animé avec succès de nombreux workshops et de sessions individuelles sur le sujet. Voilà les très grandes lignes, j’ai un guide (gratuit) disponible par email si vous voulez avoir plus de détails.  

Faire le tri pour repartir sur de bonnes bases 

Et oui, pour les emails c’est comme pour la maison, quand on veut mettre en place une nouvelle organisation, on commence par se débarrasser du superflu.  

  • Méthode rapide et radicale pour les courageux : On sélectionne tous les emails de plus de 2 semaines, lus ou non-lus, et on archive le reste (quand on archive, on peut toujours retrouver les emails). On arrête de se mentir, on ne lira pas un email plus vieux que cela.
     
  • Méthode douce pour les plus frileux:  
    • Etape 1 : Faire une recherche de tous les emails avec le mot « se désabonner » ou « unsuscribe ». On supprime tout une fois s’être désabonné.e des newsletters inutiles. 
    • Etape 2 : on filtre tous les non-lus et on efface les plus anciens ( à vous de voir ce qui est ancien)
    • Etape 3 :  on balance tous les emails lus. 

Si vous avez des dossiers que vous remplissez manuellement, ils ne vous sont d’aucune utilité. Il est plus rapide et efficace d’utiliser la fonction recherche de votre boite mail. Débarrassez-vous de ces dossiers qui sont juste une pollution visuelle non nécessaire. Si vos dossiers se remplissent automatiquement à l’aide de filtres / règles, bravo, gardez-les.  

La mise en place du système 

Créer des règles /filtres pour que les emails reçus soient automatiquement redirigés vers un dossier sans transiter par la boite mail principale. Par exemple les emails de vos collaborateurs proches, (ou de votre famille s’il s’agit de votre boite perso), sont tous redirigés dans un dossier “collègues” (ou bien “famille”). Les emails restant dans votre boite principale et non dans un dossier seront donc des emails d’expéditeurs inconnus. Vous allez gagner un temps fou à ne plus trier vos emails ! 

Les bonnes habitudes 

  • En ouvrant sa boite mail : vérifier les dossiers dans l’ordre d’importance qu’on leur accorde en fonction de son activité, ou du temps que l’on a devant soi. On ouvrira peut-être le dossier “boss” ou “gros client” avant celui “collègue” ou “perso” par exemple. 
  • En ouvrant un email : on se pose la question suivante : Est-ce que cela demande une action de ma part, ou est- ce juste informatif ?  
    • Si informatif, je lis, et j’archive/supprime le mail tout de suite 
    • Si action et que je peux faire cette action en 5 minutes ou moins, je le fais tout de suite. Puis on archive/supprime l’email.  
    • Si action de plus de 5 minutes, ça va sur la to-do list. Puis on archive/supprime l’email. 

Et voilà pour la base. Si vous êtes intéressé.e et voulez un peu plus de détails et de conseils, je peux vous envoyer par email le guide fait par mes petites mains qui contient aussi des liens de vidéos YouTube pour vous aider si vous ne savez pas créer des règles / filtres ou autre, que vous utilisiez outlook ou gmail. Il suffit de remplir le formulaire juste en dessous.  

Et si vous avez d’autres astuces, je suis preneuse !  


Recevoir le guide gratuit sur la gestion des emails


Tous les articles par catégorie


Recevoir les nouveaux article dans sa boite mail